Peut-on faire sans chirurgie esthétique pour lutter contre les signes de l’âge ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Le docteur Gérald Kierzek nous éclaire sur les méthodes pour ralentir le vieillissement de la peau, en repoussant autant que possible l'étape du bistouri.

La chirurgie esthétique est une pratique de plus en plus populaire, et de moins en moins taboue. Plus de 500.000 interventions sont pratiquées chaque année en France. "On n'est pas encore au niveau des Etats-Unis et du Brésil, les deux champions du monde dans le domaine", glisse le docteur Gérald Kierzek, jeudi matin. Mises à part les augmentations mammaires ou les rhinoplasties, de plus en plus d'interventions de "rajeunissement" sont pratiquées sur les patients.

De nouvelles techniques plus discrètes.Le lifting ou la blépharoplastie (la chirurgie des paupières) sont des interventions relativement courantes. De nouvelles techniques ont été mises au point. "On ne pratique quasiment plus de grands liftings. Désormais, ce sont des chirurgies micro-invasives, avec des fils crantés, résorbables sous la peau. Ils vont rehausser la peau de manière plus discrète", précise le médecin d'Europe 1. Le "lipofilling", qui consiste à injecter de la graisse sous la peau pour combler ponctuellement les rides, est également en hausse.

Vers une médecine esthétique préventive. Retarder les opérations de chirurgie esthétique, c'est tout l'enjeu de la médecine esthétique préventive. Des médecins esthétiques conseillent d'intervenir avant l’apparition de la ride, dès l'âge de 30 ans, de façon à utiliser moins de produit. Une fois que la ride est installée, on peut alors intervenir de manière corrective, grâce à l'injection d'acide hyaluronique et de botox.

Pour préserver au maximum la peau des signes du temps, le docteur Kierzek met en garde contre deux ennemis : "le soleil et le tabac". En revanche, une alimentation variée, une activité physique régulière, et un sommeil réparateur, permettent à la peau de garder tout son éclat.