Perturbateurs endocriniens : tous les enfants seraient contaminés

  • A
  • A
Perturbateurs endocriniens : tous les enfants seraient contaminés
L'étude montre que des polluants ont été détectés dans les cheveux de tous les jeunes participants.@ AFP
Partagez sur :

Des traces de dizaines de perturbateurs endocriniens ont été retrouvés dans les cheveux d'enfants de 10 à 15 ans, selon une étude publiée jeudi par 60 millions de consommateurs.

C'est une nouvelle enquête à charge contre les perturbateurs endocriniens, ces substances - phtalates, bisphénols, pesticides ou métaux lourds - que l'on retrouve partout dans notre environnement. Ceux-ci imitent le fonctionnement des hormones, et perturbent donc le développement hormonal des fœtus, mais aussi des enfants.

Les enfants de la ville et de la campagne concernés.60 millions de consommateurs a fait analyser par un laboratoire indépendant les cheveux de 43 filles et garçons entre 10 et 15 ans, habitant la campagne ou la ville, pour y rechercher 254 substances "répertoriées comme des perturbateurs endocriniens potentiels ou avérés". Résultat : tous les échantillons contiennent des perturbateurs endocriniens. Jusqu'à 54 pour un seul enfant, 23 pour le moins contaminé, et 34 en moyenne. Des résultats qui "suggèrent fortement" que les petits Français sont "tous contaminés", s'alarme le magazine.

Des précautions à prendre en cuisine. On comprend qu'on peut difficilement éviter ces contaminants, mais comment limiter les dégâts ? Méfiez-vous d'abord de ce que vous mettez dans vos assiettes. De nombreux polluants industriels, comme du plomb ou du mercure, se nichent dans les poissons gras, comme le saumon, le thon ou le maquereau. L'agence de sécurité alimentaire (Anses) recommande depuis plusieurs années de n'en consommer qu'une portion par semaine.

Les ustensiles de cuisine aussi peuvent être contaminés. Mettez à la poubelle les vieilles poêles rayées et abîmées, car leur revêtement en Téflon dégage des émanations toxiques lorsqu'il est chauffé. Prudence aussi lorsque vous utilisez le micro-ondes. N'utilisez que des plats ou des bols en verre pour réchauffer ses aliments, surtout pas de plastique. En effet, les phtalates que certains contiennent migrent dans les aliments avec la chaleur. 

Aérer sa maison tous les jours. L'étude a également montré que l'enfant le plus exposé aux contaminants habitait dans une maison trop confinée. "Les poussières sont conductrices d'une tonne de cochonneries. On a vu que les enfants chez qui on faisait le ménage beaucoup plus régulièrement étaient moins exposés. Il y avait moins de substances toxiques dans leurs cheveux", explique Sylvie Metzelard, rédactrice en chef du magazine 60 millions de consommateurs. "Il faut donc impérativement aérer toutes les pièces de sa maison tous les jours, et faire le ménage au moins une fois par semaine", conseille-t-elle.

Évitez aussi les prises anti-moustiques, et bannissez les cosmétiques contenant des parabens ou des phtalates. Aux Etats-Unis, une centaine d'adolescentes ont vu leur concentration de molécules chimiques diminuer dans leurs urines après l'application de crèmes sans perturbateurs endocriniens pendant seulement trois jours.