Où est passée la grippe A ?

  • A
  • A
Où est passée la grippe A ?
@ Reuters
Partagez sur :

Si l’épidémie semble finie en France, l'OMS prévient qu'il est "trop tôt" pour baisser la garde.

Depuis la fermeture des centres de vaccination début janvier, seuls les médecins généralistes peuvent vacciner contre la grippe A, mais ces derniers constatent que pour les Français, la pandémie appartient au passé : presque aucun patient ne demande à être vacciné.

De son côté, l’Assemblée nationale commence à dresser le bilan de cette pandémie et doit voter mardi la création d’une commission d’enquête parlementaire, chargée d’examiner la gestion par le gouvernement de la campagne de vaccination. Une décision qui relève de l’après-crise et pourrait laisser penser que la pandémie de grippe A est terminée.

Pour l’OMS, la pandémie "n'est pas arrivée en fin de course"

Mais la grippe A est-elle pour autant derrière nous ? Pas vraiment, à en croire, le Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce dernier a estimé mardi qu'il était "trop tôt" pour conclure que "le pic" de grippe pandémique H1N1 était passé dans le monde.

"Nous espérons que nous entrons dans cette phase", qui signifie que "le pire est passé" et que l'on se dirige progressivement vers une "situation plus comparable à celle de la grippe saisonnière", a indiqué Keiji Fukuda le 11 février, tout en ajoutant : "Si nous assistons à un déclin général d'activité, la pandémie elle-même n'est pas arrivée en fin de course".

La grippe A bientôt saisonnière ?

De nombreux experts estiment que la grippe H1N1 pourrait devenir dès septembre prochain un virus saisonnier, sous une forme beaucoup moins virulente. Seule certitude, le vaccin contre la grippe A sera intégré dans les lots de vaccins contre la grippe saisonnière pour l’automne 2010. En attendant, la France conserve 28 millions de doses de vaccins, dont certains seront périmés en septembre prochain.

Si le volet sanitaire de la grippe A semble réglé, l’aspect financier de cette pandémie reste à débattre. Selon une information Europe 1, l’annulation des commandes supplémentaires aux laboratoires pharmaceutique va coûter entre 40 et 70 millions d’euros à la France et les négociations sont loin d’être finies.

REAGISSEZ -La grippe A constitue-t-elle encore une menace ?