Non, les ados ne sont pas désenchantés

  • A
  • A
Non, les ados ne sont pas désenchantés
@ AFP
Partagez sur :

DANS LA TÊTE DE - Une grande enquête coordonnée par l'Inserm, publiée jeudi, permet d'en savoir un peu plus sûr la vision de l'avenir des jeunes. 

Plus confiants en l'avenir. Les adolescents d'aujourd'hui, une génération désenchantée ? Une enquête de l'Inserm publiée jeudi vient tordre le coup à cette idée reçue. L'étude montre en effet que près de la moitié des adolescents (48,4%) a confiance en l'avenir (surtout les garçons, 58,6% contre 38,9% des filles).

Graphique1-466x349

Et moins inquiets que leurs parents. Une grande majorité se sent bien dans ses relations avec ses parents. Néanmoins, il pense que ces derniers posent un regard positif sur eux. La plupart des ados estime néanmoins que les adultes en général sont trop inquiets à leur sujet (72,8%).

Prendre des risques. Leurs avis sur les prises de risque reflètent l'ambivalence à l'adolescence. Si plus de la moitié pense que les adultes posent trop de limites, ils sont encore plus nombreux à reconnaître en avoir besoin (74,9%), note l'Inserm.

Mais, plus des 3/4 d'entre eux (77%) pensent que trop de limites poussent, au contraire, à prendre des risques. Et un peu plus d'un tiers des ados interrogés (34,1%) estiment que pour vivre bien, "il faut prendre des risques sans les calculer".

Un isolement en cas de mal-être. L'étude montre en revanche que les adolescents en situation de détresse sont plus difficiles à repérer. 38,9% des jeunes ont déjà pensé que la vie ne valait pas la peine d'être vécue. Dans ce cas-là, une très grande majorité (74,5% de filles et 57,6% de garçons), privilégie l'isolement lorsqu'ils se sentent mal. Une attitude qui peut rendre difficile le repérage de leur mal-être par les autres, les amis ne représentant que la troisième ressource, derrière l'écoute de la musique (surtout les filles) ou les jeux vidéo (surtout les garçons).

 

inserm-2015_5299847

L'enquête "portraits d'adolescents", réalisée en 2013 à l'aide d'auto-questionnaires, confronte les perceptions de 15.235 jeunes scolarisés, âgés de 13 à 18 ans, sur leur propre adolescence.

>> LIRE AUSSI - Ces adolescents se sont reconnus dans "Respire"

>> EN VIDÉO - "L'adolescence est une période à risques de la vie"

>> LIRE AUSSI - La dépression, maladie numéro un des adolescents