Non, le cyclisme ne rend pas les hommes stériles

  • A
  • A
Non, le cyclisme ne rend pas les hommes stériles
La pratique assidue du cyclisme selon une étude anglaise, n'a pas d'incidence sur les capacités d'érection et de reproduction des hommes.
Partagez sur :

SANTÉ - Selon une étude anglaise, la pratique assidue du cyclisme n'a pas d'incidence sur les capacités d'érection et de reproduction des hommes.

Si la pratique du vélo est bénéfique pour la santé, des chercheurs se sont déjà interrogés sur les possibles méfaits d'une pratique assidue de la petite reine sur l'appareil génital masculin. En 2009, une équipe de l'université de Cordoue avait montré la piètre qualité du sperme des triathlètes de haut niveau. Elle avait alors mis en cause la compression des testicules contre la selle et la chaleur provoquée localement par le port de cuissards serrés. Les conclusions publiées par des chercheurs anglais dans le Journal of Men's Health sont plus positives et rassureront les coureurs du Tour de France et les cyclistes amateurs.

Pas de dysfonctionnements. Que les hommes se rassurent et continuent à pédaler l'esprit tranquille. L'étude qui portait sur 5.282 amoureux de la pédale, montre qu'il n'y a pas de lien entre pratique du cyclisme et troubles de l'érection. Aucun lien non plus entre vélo et stérilité. Et cela, quelle que soit la cadence de la pratique (une ou plusieurs fois par semaine) et le nombre d'heures de pratique. 

Un bémol cependant. Chez les hommes de plus de 50 ans, la pratique du vélo augmente légèrement le risque de cancer de la prostate mais seulement s'ils pédalent plus de quatre heures par semaine. 

Pour prévenir ce risque de cancer de la prostate mais aussi pour plus de confort lors de la pratique du vélo, Ajay Nehra, médecin, éditeur en chef de la revue scientifique Journal of Men's Health et directeur du département d'urologie du centre médical de l'université Rush à Chicago a déclaré que "les médecins devraient discuter des risques potentiels et des effets bénéfiques pour la santé du cyclisme avec leurs patients."