Vieillir en bonne santé en mangeant mieux

  • A
  • A
Vieillir en bonne santé en mangeant mieux
@ MAXPPP
Partagez sur :

CONSEILS NUTRITION - Des chercheurs ont donné des pistes alimentaires pour prévenir des maladies liées à la vieillesse. 

Quelques habitudes alimentaires pourraient bien changer le futur des personnes âgées. Le constat est simple : 20% de la population actuelle française a plus de 60 ans. Et si l’espérance de vie ne cesse d’augmenter, ce n'est pas le cas de l'espérance de vie en bonne santé... Des chercheurs de l'Institut de recherche en agronomie (INRA) se sont donc penchés sur la question. Leurs résultats sont formels : pour prévenir de nombreuses maladies liées à la vieillesse, il faut faire très attention au contenu de nos assiettes.

Des fraises et des olives contre l’ostéoporose. Si vous devez bientôt faire votre marché, achetez des fraises et des olives. Ces aliments, qui contiennent des substances "anti-vieillissement", seraient très utiles pour lutter contre l'ostéoporose, une maladie qui fragilise les os et qui touche de très nombreuses personnes âgées. Ils diminueraient par deux la perte osseuse liée à l'âge.

De la viande et du lait pour préserver notre cerveau. Autre conseil cette fois pour booster votre cerveau après 60 ans. Il faut manger de la viande, du lait ou encore du maquereau. Autant d’aliments bourrés de vitamine A et d’oméga 3. Ces nutriments font du bien aux neurones et aident à lutter contre les pertes de mémoire, voire contre certaines démences.

>> LIRE AUSSI - Manger du poisson, c'est bon pour l'audition

Comment redonner de l’appétit ? Autre souci récurrent chez les seniors, la perte d’appétit. "On a montré que le fait de mettre à la disposition des personnes âgées des condiments, au-delà du sel, du poivre ou de la moutarde, mais de la sauce tomate, du persil, de l’ail, des rondelles de citron, augmentait le plaisir et l’envie de manger", explique Claire Sulmont-Rossé, chercheuse à l'INRA Dijon.

Et pour donner encore plus de plaisir à table, la variété compte énormément. C'est prouvé scientifiquement, mettre deux légumes au lieu d’un seul dans leur assiette augmente d’un tiers… leur consommation de viande.