Médicaments en ligne : mode d’emploi

  • A
  • A
Médicaments en ligne : mode d’emploi
@ REUTERS
Partagez sur :

Toutes les précisions sur ce qui pourra se faire, si le projet voit le jour.

Le ministère de la Santé étudie la possibilité de vendre des médicaments sans ordonnance sur internet. Voici les réponses aux questions qui se posent autour de ce projet.

Quels médicaments pourra-t-on acheter légalement sur internet ? Le projet du gouvernement ne concerne que les médicaments vendus en "libre accès" dans les pharmacies, c'est-à-dire vendus sans ordonnance et non remboursables, validés par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé pour un usage en automédication. Pourront ainsi être vendus sur le net par exemple : des antalgiques (aspirine, ibuprofène, paracétamol), des médicaments contre la toux ou le mal de gorge ou encore la diarrhée.

Qui pourra vendre des médicaments légalement en ligne ? Les médicaments pourront être achetés dans des pharmacies virtuelles, mais elles devront être adossées à une pharmacie "en briques et en mortier". Seules les officines autorisées sur le territoire européen auront donc la possibilité de proposer des médicaments à la vente sur internet.

Faut-il craindre les contrefaçons ? L'objectif est de "sécuriser la vente sur internet", affirme le ministère. Et ce, alors qu’existent aujourd’hui des sites de ventes illégaux, proposant des produits parfois interdits ou contrefaits. Une des pistes est la mise en place par l'Ordre des pharmaciens d'un portail qui donnera accès aux sites de professionnels ayant pignon sur rue.

Les prix seront-ils plus élevés ? "Il y aura forcément une incidence sur le prix du médicament", estime Laure Baëté, spécialiste des questions de commerce électronique au Forum des droits sur l'internet. "Ca entraînera une comparaison des prix et ça permettra aussi aux pharmaciens d'adapter leurs tarifs en fonction de la concurrence", explique-t-elle. Au moment de la mise en place de la vente de médicaments en libre-service dans les pharmacies, en juillet 2008, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait expliqué que les patients auraient la possibilité de comparer les produits et les prix. Internet devrait donc encore faciliter la comparaison.

Internet va-t-il encourager l'automédication ? "Ce phénomène existe à l'heure actuelle, ne serait-ce que par la consultation de sites d'information sur les médicaments. Le fait d'autoriser la vente par la loi devrait permettre d'éviter certaines zones d'ombre", précise Laure Baëté.

Y-aura-t-il un délai de rétractation, comme pour tout produit vendu à distance ? "Il faudra sans doute prévoir une exception pour ces produits-là, parce c'est infaisable. Il y a déjà une exception prévue par la loi sur les CD ou DVD ou encore les voyages en ligne", indique Laure Baëté.

REAGISSEZ - Seriez-vous prêt à acheter des médicaments sur internet ?