Mediator a tué 500 personnes

  • A
  • A
Mediator a tué 500 personnes
Le Médiator est responsable de 500 décès.@ MAXPPP
Partagez sur :

Selon l'Afssaps, le médicament a entraîné des problèmes cardiaques. Le labo Servier s'insurge.

Le médicament Mediator a déjà fait 500 morts en France. C'est la principale conclusion d’une étude de la Caisse nationale d’assurance maladie et rendu public par l'Agence des produits de santé (Afssaps), mardi. Les données portent sur toute la période de consommation du médicament, commercialisé en France de 1975 à 2009. Les 500 décès sont survenus après des atteintes cardiaques graves, appelées valvulopathies.

Servier parle d'"extrapolations"

Le laboratoire Servier a estimé mardi que ces chiffres étaient des "hypothèses fondées sur des extrapolations". "Dans la population générale, la fréquence des atteintes valvulaires cardiaques est de 2,5%", a assuré le laboratoire dans un communiqué.

Du côté de l'Afssaps, on explique avoir évalué l'impact du surisque de valvulopathie imputable au Mediator, en se fondant sur la consommation du médicament en ville, les données d'hospitalisation et celles de décès. La Caisse nationale d'assurance maladie estime de son côté que le médicament aurait également provoqué de graves problèmes cardiaques chez 3.500 patients.

Retiré du marché l’an dernier

Le Médiator, médicament des laboratoires Servier, réservé à l'origine aux diabétiques en surcharge pondérale puis prescrit aux patients désireux de perdre du poids, a été retiré du marché, il y a un an. Se pose désormais la question de ce retrait tardif, 12 ans après les Etats-Unis. L'Italie et l'Espagne l'avaient retiré du marché en 2005.

Le socialiste Gérard Bapt, rapporteur de la mission santé à l’Assemblée nationale, met en cause l'"apathie" de l'agence de veille sanitaire et l'influence de l'industrie. "La présence de Servier tout au long de la vie du Mediator a été évidente. Et récemment encore, ce laboratoire se permettait en juin 2009 de faire des publicités dans la presse spécialisée, disant qu‘il n’y avait pas de causalité entre le Mediator et la valvulopathie."