Marathon : "Ne recommencez pas !"

  • A
  • A
Partagez sur :

Bravo à tous ceux qui ont couru le marathon de Paris dimanche ! Mais lundi, le docteur Kierzek a un conseil à vous donner : "ne recommencez pas !". 

"Ne recommencez pas !". Le footing est aujourd'hui plus à la mode que jamais, le succès du 40ème marathon de Paris dimanche en est la preuve. On peut saluer la performance des plus de 40.000 personnes qui ont couru dans les rues de la capitale mais le docteur Gérald Kierzek a lundi un conseil à leur donner : "ne recommencez pas !". Et il n’est pas le seul à donner ce conseil. Une équipe de chercheurs a en effet étudié l'effet du marathon de Berlin sur la santé de 167 coureurs amateurs de 50 ans d’âge moyen. Et les résultats sont sans appel : les prises de sang révélaient en effet des marqueurs biologiques de souffrance cardiaque. Courir de telles distances ne serait donc pas si bon pour la santé et ce, même sur le long terme. Ces paramètres sanguins sont en effet modifiés pendant deux semaines après la fin du marathon.

Quels sont les risques encourus ? Pour Gérald Kierzek, courir un marathon n’est pas sans risque. Il explique en effet que, "au-delà des problèmes cardiaques, il y a des problèmes articulaires car c’est une pratique extrêmement intense. Quand on fait une IRM des genoux après un marathon, on voit des microlésions qui ne sont pas forcément perceptibles par des douleurs mais qui sont bel et bien là. Les artères souffrent également". Et ces effets sont également visibles sur le long terme puisque le docteur Kierzek l’affirme, "lorsqu’on suit des marathoniens sur dix ans, on voit qu’ils ont une augmentation du risque d’accidents cardiaques car les petites plaques de calcaire sur leurs artères risquent de se détacher et ce, même quelques années après les marathons car cela fait augmenter le flux sanguin du coureur".

Comment prévenir ces risques ? Même s’il est un peu trop tard pour prévenir ces risques pour ceux qui ont couru le marathon de Paris dimanche, il faut aujourd'hui "s’assurer de ne pas avoir de problèmes cardiaques", explique le docteur Kierzek. Et si, avant le marathon, l’heure était à la préparation et à l’entrainement, "il est maintenant temps de se reposer" car, "il y a deux phases : la récupération active et passive avec des massages par exemple", propose-t-il.

"Un repos complet". Le vieux dicton des marathoniens qui dit : "42 kilomètres de marathon, 42 jours de récupération" est donc à prendre au pied de la lettre. "Il est nécessaire de faire un repos complet dans les prochains jours", assure en effet le docteur Kierzek. L’aspirine ou le paracétamol peuvent également être utilisés pour faire disparaître les douleurs et, "il est important de s’hydrater car 3 à 5 kilos d’eau ont été perdus pendant la course". Pour ce qui est de la reprise du sport, "elle doit se faire doucement pendant les 10-15 jours qui suivent le marathon".

Y a-t-il un âge pour courir ? "La pratique du footing est très bonne mais au-delà de 40 ans, il est nécessaire de faire un électrocardiogramme et d'être suivi par un médecin qui vous dira si oui ou non, vous pouvez continuer à courir", explique Gérald Kierzek. Une manière de voir si votre cœur va tenir le coup