Maquillage : les règles d'hygiène à adopter

  • A
  • A
Partagez sur :

Quels sont les bons gestes à adopter avec ses produits de maquillage ? Le docteur Gérald Kierzek donne quelques conseils pour se maquiller en toute sérénité.

Un maquillage, ça ne se prête pas. À peu de choses près, ce serait le leitmotiv du docteur Gérald Kierzek. Dans Questions de santé, il délivre quelques gestes à adopter pour éviter le risque de contamination mais aussi certaines astuces de maquillage pour dissimuler rougeurs et petits boutons.

>> L'utilisation de cosmétiques : quels risques ? "On se badigeonne tous les jours, matin, soir, de crèmes et de produits qui contiennent des produits chimiques", rappelle le médecin qui insiste aussi sur le fait que ces risques sont "limités". Toutefois, l'utilisation de produits cosmétiques n'est pas anodine car il existe un risque infectieux surtout lorsqu'on prête son maquillage ou encore lorsqu'un pot de crème a été ouvert : "Pour peu qu'il y ait une lésion cutanée, on peut transposer des bactéries", explique Gérald Kierzek. "Mais le système immunitaire est là pour défendre et contrebalancer ces effets là", rassure le médecin.

>> Comment faire disparaître l'acnée rosacée ? Aussi appelée "couperose", cette maladie -bégnigne- est mal vécue par celles et ceux qui en souffrent. C'est ce phénomène vasculaire qui, par le biais des petits vaisseaux sanguins sous la peau, fait apparaître des rougeurs ou des boutons infectieux. "On peut la masquer avec des produits couvrants", explique Gérald Kierzek, qui recommande toutefois des produits prescrits par un dermatologue. "Il faut hydrater la peau et ne pas obstruer les pores", conseille le médecin qui ajoute que la technique du laser peut aussi aider à venir à bout de la rosacée.

En pharmacie, des crèmes teintées en vert permettent également d'atténuer les rougeurs sur le visage.

>> Les produits de maquillage ont-ils une date de péremption ? "Oui, ils sont inscrits sur les tubes et les pots", répond Gérald Kierzek. Attention donc à ne pas laisser traîner ses crèmes et son maquillage sur l'étagère trop longtemps. "Il n'est pas très grave en soi de dépasser ces dates", explique le médecin. "Ce qui est plus embêtant c'est si le pot a été ouvert car il peut y avoir un risque de contamination bactérienne", précise-t-il. L'aspect esthétique du produit et l'odeur sont donc des éléments à surveiller.

>> Perturbateurs endocriniens : kézako ? On les retrouve à peu près partout et notamment dans les produits esthétiques comme les vernis à ongles. Gérald Kierzek nous éclaire : "C'est une substance naturelle ou chimique, et le plus souvent c'est chimique, qui va interagir avec le système hormonal". Suite aux nombreuses études, parfois contradictoires à leur sujet, le médecin reste prudent : "Ils pourraient être responsables de puberté précoce ou dans certains cas, de cancers. Le principe de précaution voudrait qu'on les élimine". Il s'agit notamment des phtalates, ou d'autres perturbateurs endocriniens contenus dans certains pesticides ou produits ménagers. Méfiance donc si on a des doutes sur un produit, "surtout si l'on s'en tartine sur la peau", recommande le praticien.

>> "Ton maquillage tu ne prêteras point". "On ne prête pas son maquillage !", assène le médecin. Un simple rouge à lèvres prêté à une copine peut se révéler être un redoutable relais d'un bouton de fièvre. Attention aussi au crayon de maquillage pour les yeux : le risque de conjonctivite ou d'infection du follicule ne sont jamais loin.