"L'hôpital ne doit pas porter seul tous les efforts d'économie", s'inquiète son représentant

  • A
  • A
"L'hôpital ne doit pas porter seul tous les efforts d'économie", s'inquiète son représentant
la Fédération hospitalière de France dénonce que l'hôpital soit devenu la "variable d'ajustement du système". @ AFP
Partagez sur :

A la veille de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, la Fédération hospitalière de France s'inquiète de la politique du gouvernement. 

"L'hôpital ne doit pas porter seul tous les efforts d'économie", prévient lundi la Fédération hospitalière de France (FHF) à la veille de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 à l'Assemblée nationale.

"La variable d'ajustement du système." "Le gouvernement doit comprendre que les efforts d'économie ne seront acceptés par les hospitaliers que s'ils sont partagés par tous. Or, l'hôpital semble une nouvelle fois perçu comme la variable d'ajustement du système", écrit dans un communiqué le président de la FHF, Frédéric Valletoux. Soumis mardi aux députés, le PLFSS prévoit de réduire le déficit à 2,2 milliards d'euros l'année prochaine. Pour atteindre cet objectif, la branche maladie devra réaliser plus de 3 milliards d'euros d'économies, notamment dans les hôpitaux.

"30% des dépenses pas pertinentes" pour Buzyn. La restructuration de l'offre de soins (optimisation des achats, économies dans les services) doit permettre aux établissements de santé de dégager 1,46 milliard d'euros. Il existe une "marge de manoeuvre énorme" car "30% des dépenses de l'assurance maladie ne sont pas pertinentes", notamment à l'hôpital, a assuré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dans le Journal du dimanche. 

"L'heure est venue pour un partage plus équitable des efforts, notamment entre la ville et l'hôpital", poursuit le représentant des hôpitaux, qui appelle "les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités en engageant au plus vite des réformes structurelles trop longtemps repoussées". Outre "la convergence des devoirs entre tous les acteurs de santé financés par de l'argent public", la FHF demande notamment une "autonomie plus forte des établissements, un assouplissement de leur statut pour plus de marge de manoeuvre" ou encore "une simplification drastique des procédures".