Face à l'épidémie de grippe, les services d'urgences sont débordés

  • A
  • A
Face à l'épidémie de grippe, les services d'urgences sont débordés
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

SANTÉ - La grippe frappe plus de coutume cette année, avec 2 millions de cas, et les services hospitaliers sont très sollicités. 

La grippe n'a pas encore atteint son pic mais remplit déjà bien les salles d'attente des hôpitaux. Deux millions de personnes ont déjà consulté leur médecin et parmi elles, les plus de 65 ans sont les plus touchées. Alors que cette année une surmortalité de plus de 1.500 personnes par rapport à 2014 est attendue, les services d'urgence sont débordés, notamment à l'hôpital Jean Verdier de Bondy, en Seine-Saint-Denis.

>> LIRE AUSSI - La grippe aviaire fait-elle son retour en Europe ? 

Une longue attente. Malgré une salle d'attente de petite taille, il y a foule au service d'urgence de Jean Verdier. Les soucis de santé habituels mais aussi la grippe font venir en nombre les patients. Eddy, un masque de protection sur la bouche, se retrouve aux urgences car son médecin ne travaille pas actuellement : "J'avais des vertiges, je commençais à tousser et à avoir mal à la tête, je suis venu aux urgences mais je suis reparti pour aller chercher les enfants", explique-t-il à Europe 1. "Je suis revenu aujourd'hui pour voir le médecin", ajoute-t-il. Il attend qu'on l'ausculte car il dit "ne pas avoir le choix". 

En février, on comptabilisait 5.400 passages aux urgences pour une grippe dont 483 cas graves et 42 décès. 

>> ECOUTER AUSSI - Grippe : "On ne peut pas prévoir l'ampleur de l'épidémie" 

Les hospitalisations en augmentation.L'épidémie de grippe de 2015 est la plus forte depuis 15 ans, selon les spécialistes. Cette année, les personnes fragiles y ont en effet moins bien résisté que d'habitude.  Romain Dufot, chef du service d'urgence explique à Europe 1 : "Le vaccin mis en place ne protège qu'à hauteur de 20% des souches parce que le virus a muté. Il y a donc un effet  boule de neige qui a entraîné une épidémie", explique-t-il. Il rapporte "43% d'augmentation des hospitalisations des sujets de plus de 65 ans". 

Les enfants aussi sont plus touchés par le virus. À Bondy, les urgences pédiatriques sont aussi bondées. 

>> LIRE AUSSI - Grippe : un vaccin moins efficace que prévu