Les mannequins trop maigres continueront à défiler

  • A
  • A
Les mannequins trop maigres continueront à défiler
Partagez sur :

SANTE - La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a rejeté mercredi soir un amendement visant à interdire le recours à des mannequins trop maigres, au motif que cela introduirait une discrimination à l’embauche. 

Les agences de mannequin peuvent souffler. L’amendement au projet de loi santé contre la “maigreur extrême” de certaines mannequins à finalement été rejeté mercredi soir par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale. Motif : le texte aurait introduit une discrimination à l’embauche. 

L’idée d’un député socialiste. Olivier Varan, député PS mais aussi neurologue au CHU de Grenoble, proposait de modifier le code du travail afin de contraindre les agences à attester, pour chaque mannequin, d’un certificat médical prouvant que son IMC (Indice de masse corporellel) est supérieur à une valeur donnée. Tout contrevenant se serait exposé à une peine de six mois d’emprisonnement et à 75.000 d’amende. “L’impact social de cette image que véhicule la mode, où des femmes doivent être maigres à un niveau pathologique pour être belles et défiler, est très fort”, a confié Olivier Véran. Sa proposition avait reçu le soutien de Marisol Touraine, la ministre de la Santé. 

Discrimination à l’embauche. Mais de nombreux députés de droite comme de gauche ont retoqué l’amendement au motif qu’il introduirait une discrimination à l’embauche. “Nous luttons contre la discrimination à l’embauche, et là on en aurait créé une !” a, par exemple, réagi le député PS, Gérard Bapt, également médecin. De même, un amendement de la député PS, Catherine Coutelle, créant un délit d’incitation à l’anorexie a aussi été retiré. Pour autant, un autre amendement a lui été adopté. Il stipule que “la politique de santé contribue à la prévention et au diagnostic précoce de l’anorexie mentale et des troubles des conduites alimentaires, notamment en luttant contre la valorisation de la minceur excessive”. 

Une deuxième chance ? Néanmoins, le débat sur la maigreur des mannequins est loin d’être clos. Et le sujet pourrait de nouveau être abordé par les députés, peut-être sous une autre forme, lorsque les députés débattront en séance du projet de loi à compter de la fin mars. 

>> LIRE AUSSI - Les mannequins anorexiques bientôt interdits de podiums ? 

>> LIRE AUSSI - Priver les mannequins anorexiques de défilés, une mesure réaliste ? 

>> LIRE AUSSI - Bientôt un délit d'"apologie de l'anorexie" ?