Les Français grignotent moins

  • A
  • A
Les Français grignotent moins
@ MAX PPP
Partagez sur :

Ils se surveillent mais le prix reste un frein à une meilleure alimentation.

Moins de grignotage, moins de sel et moins d'alcool : les Français se surveillent, selon le Baromètre santé nutrition 2008 publié mardi. Plus des trois quarts d’entre eux disent manger de façon équilibrée, c'est-à dire de manière variée en essayant d'éviter les produits gras ou salés. L'habitude de mettre des matières grasses ou du sel sur la table a diminué ainsi que le grignotage, qui concernait 8,8% des Français interrogés en 2002 contre 5,6% en 2008. De même, la baisse de la consommation d'alcool se confirme. La proportion de personnes déclarant avoir bu la veille de l'enquête diminue: 37,4% des 18-75 ans en 2008, contre 39,4% en 2002 et 44,7% en 1996.

Plus de sucre

Si la consommation de fruits et légumes a augmenté, elle reste encore insuffisante, comme celle des produits laitiers. Selon l'étude, 40% des personnes interrogées ne mangent pas ce qu'elles souhaitent en raison du prix des produits. Seuls 11,8% des Français consomment au moins cinq fruits et légumes par jour, comme cela est recommandé. Autre bémol, les consommateurs de produits sucrés sont passés de 19,5% en 2002 à 22% en 2008, et le niveau d'activité physique des personnes interrogées reste insuffisant.

Moins de plats par repas

En 2008, "c'est le plaisir gustatif" qui est évoqué en premier par plus d'un quart de la population et, pour plus de neuf personnes sur dix, faire la cuisine est "à la fois synonyme d'alimentation saine et de convivialité". Depuis 1996, la structure des repas s'est simplifiée et les Français consomment moins de plats par repas. Au déjeuner davantage d'entre eux mangent deux plats (33,1%) et au dîner, davantage mangent seulement un plat (19%). Ils continuent majoritairement à manger à leur domicile : 92,7% y prennent le petit-déjeuner, 65% le déjeuner et 87,2% le dîner.

Des plats préparés

Le baromètre montre que la consommation de plats préparés a nettement augmenté, le pourcentage de personnes disant en avoir consommé au moins une fois par semaine passant de 32,2% en 2002 à 47,3% en 2008. Cependant, pour les spécialistes, un plat préparé n'est pas forcément mauvais pour la santé.

Le Baromètre santé nutrition 2008 a été réalisé par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) auprès d'un échantillon constitué par la méthode aléatoire de 4.714 personnes âgées de 12 à 75 ans. C’est la troisième enquête de ce type en douze ans.