Le régime méditerranéen en voie de disparition... en Méditerranée

  • A
  • A
Le régime méditerranéen en voie de disparition... en Méditerranée
olives mediterranée oliviers@ AFP
Partagez sur :

L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a lancé un cri d'alerte jeudi.

C'est un comble : dans la région méditerranéenne, le régime alimentaire méditerranéen ou crétois si vanté pour ses bienfaits sur la santé est en voie de disparition. L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a lancé un cri d'alarme en ce sens jeudi. Explications.

Le bassin méditerranéen en pleine transition. "La région méditerranéenne subit une 'transition nutritionnelle' qui l'éloigne de son régime alimentaire antique longtemps considéré comme le modèle d'une vie en bonne santé", peut-on lire dans un rapport présenté jeudi et réalisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) et le Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM).

Le régime méditerranéen, ou crétois, dont des études scientifiques ont prouvé qu'il prévenait des maladies cardio-vasculaires, est composé essentiellement de fruits et légumes, de viande maigre et de poisson, et d'une préférence pour l'huile d'olive au détriment des autres graisses.

Un changement aux effets négatifs. Comment expliquer cette modification des habitudes de consommation en Méditerranée ? La mondialisation, les échanges commerciaux de produits alimentaires et les changements de modes de vie, notamment la mutation du rôle des femmes au sein de la société, entrent en ligne de compte, souligne le rapport.

Conséquence selon cette étude : obésité mais également invalidité et décès prématuré son en hausse. "Alors que la sous-alimentation afflige toujours la partie méridionale de la Méditerranée, les pays de la région sont de plus en plus confrontés au fléau de la surcharge pondérale", notamment chez les enfants, précise ainsi l'étude.

Tourisme et épuisement des ressources. "Le régime méditerranéen est nutritif, bien intégré avec les cultures locales, respectueux de l'environnement et propice pour les économies locales", a déclaré Alexandre Meybeck, coordonnateur du programme Systèmes alimentaires durables de la FAO. Mais avec des produits alimentaires de plus en plus importés d'autres régions et la transformation des paysages locaux par la monoculture, les systèmes alimentaires traditionnels subissent les effets de la modification des habitudes alimentaires, avertit le rapport.

Selon les estimations, seules 10% des variétés culturales traditionnelles locales sont encore cultivées aujourd'hui dans la région méditerranéenne. Le tourisme, l'urbanisation croissante, l'épuisement des ressources naturelles et la perte des connaissances traditionnelles contribuent à la diminution rapide de la diversité génétique des cultures et des races animales à travers la Méditerranée.