Le quatrième cœur artificiel implanté d'ici 2 à 3 mois

  • A
  • A
Le quatrième cœur artificiel implanté d'ici 2 à 3 mois
@ AFP
Partagez sur :

C'est ce qu'a annoncé mercredi le professeur Alain Carpentier, l'inventeur de la prothèse.

Le coeur artificiel de Carmat devrait être implanté sur un quatrième patient "d'ici deux à trois mois maximum", a annoncé mercredi le professeur Alain Carpentier, l'inventeur de la prothèse, près d'un mois après le décès du deuxième malade greffé. Début mai, la société avait expliqué ce décès par une dégradation du fonctionnement du coeur lié à un problème technique.

"D'ici deux, trois mois maximum". "Le quatrième patient va être opéré quand tout sera analysé et quand les ingénieurs pourront me répondre : vous pouvez y aller, on a tout contrôlé, tout est réparé, la nouvelle prothèse ne va pas (rencontrer) les ennuis des précédentes", a déclaré Alain Carpentier à BFM TV. Les ingénieurs doivent notamment comprendre pourquoi les moteurs du cœur se sont arrêtés de fonctionner chez le deuxième patient alors que pendant neuf mois, ils avaient marché sans difficultés. Prié de donner une date, le professeur Carpentier a précisé que ce nouveau patient serait opéré "d'ici deux, trois mois maximum".

Le troisième patient "va très bien". Par ailleurs, le professeur Carpentier a donné des nouvelles du troisième patient. Greffé le 8 avril dernier, il est actuellement "en rééducation (...) va très bien (...) et fait beaucoup d'exercice", a assuré le médecin, précisant que son retour à domicile constituera "un tournant de (son) évolution". "Sa fierté est de me dire qu'il a fait un tour de plus du bâtiment", a-t-il ajouté, rendant hommage à sa "patience".

A ce jour, l'étude de faisabilité de Carmat a rempli son objectif principal d'un taux de survie à trente jours puisque le premier patient est mort 74 jours après sa greffe et le deuxième neuf mois après.

La deuxième phase d'essais prévoit d'implanter le coeur Carmat chez 20 à 25 patients en France et/ou à l'étranger en 2016. Elle portera également sur des critères qualitatifs, comme la qualité de vie et le confort des patients, avant une homologation et une commercialisation de l'appareil dans l'Union européenne.