Le nombre d'adolescents morts du sida a triplé depuis 2000

  • A
  • A
Le nombre d'adolescents morts du sida a triplé depuis 2000
La plupart des adolescents qui meurent de maladies liées au sida ont contracté le VIH quand ils étaient bébés (photo d'illustration). @ YASUYOSHI CHIBA / AFP
Partagez sur :

RESTONS MOBILISÉS - Un rapport de l'Unicef indique que la mortalité des adolescents atteints du sida ne diminue pas. 

Un rapport de l'Unicef publié vendredi montre bien que le sida n'est pas une maladie sur le déclin. Et pour cause, le nombre d'adolescents morts du sida a triplé depuis 15 ans, la plupart d'entre eux ayant contracté la maladie lorsqu'ils étaient bébés selon ce rapport. 

La mortalité ne diminue pas. "Parmi les personnes infectées par le virus du sida (VIH), les adolescents sont le seul groupe pour lequel les chiffres de la mortalité ne diminuent pas", affirme le rapport, qui rappelle que le sida est la première cause de décès chez les adolescents (de 10 à 19 ans) en Afrique, et la deuxième pour les adolescents du monde entier. 

Des malades du sida... de naissance. "Le plupart des adolescents qui meurent de maladies liées au sida ont contracté le VIH quand ils étaient bébés, il y a 10 ou 15 ans, quand moins de femmes enceintes et de mères séropositives avaient accès à un traitement antirétroviral pour empêcher le risque de transmission du VIH de la mère à l'enfant", précise ce rapport. Beaucoup de ces enfants ont survécu jusqu'à l'adolescence sans connaître leur statut sérologique de VIH.

L'Afrique beaucoup plus touchée. Mais parmi les adolescents de 15 à 19 ans, 26 nouvelles infections se produisent toutes les heures, et environ la moitié des deux millions d'adolescents de 15 à 19 ans séropositifs se trouvent dans seulement six pays : l'Afrique du Sud, le Nigeria, le Kenya, l'Inde, le Mozambique et la Tanzanie. "En Afrique subsaharienne, la région avec le plus fort taux de personnes infectées, les filles sont beaucoup plus touchées : sept sur dix nouvelles infections chez les 15 à 19 ans concernent des filles", souligne le rapport de l'Unicef.

La nécessité de traitements. "Il est essentiel que les jeunes séropositifs aient accès à des traitements, des soins et du soutien," a déclaré Craig McClure, chef des programmes VIH/SIDA dans le monde pour l'Unicef, lors d'une conférence de présentation du rapport à Johannesburg. Parmi les 2,6 millions d'enfants de moins de 15 ans séropositifs, seul un sur trois est sous traitement.