Le cœur artificiel a-t-il toujours un avenir ?

  • A
  • A
Le cœur artificiel a-t-il toujours un avenir ?
@ AFP
Partagez sur :

En dépit de la mort des deux premiers patients, l'essai clinique va se poursuivre. Car le critère principal de l'essai, la survie à 30 jours, est rempli.

Il aura vécu dix mois avec son cœur artificiel. Le deuxième patient ayant reçu la prothèse conçue par Carmat, est mort samedi, a annoncé mardi la société française. L'homme de 69 ans avait été opéré le 5 août dernier, au CHU de Nantes, en Loire-Atlantique. Il avait pu sortir de l'hôpital en bonne santé, en janvier dernier. Le premier porteur d'un cœur artificiel Carmat, Claude Dany, 76 ans, était lui aussi décédé le 2 mars 2014, 74 jours après l'implantation.

La prothèse pas remise en cause. Ce nouveau décès peut-il porter un coup d'arrêt au cœur artificiel ? Certainement pas. "La société reste résolument confiante dans la capacité de la prothèse et renouvelle l'engagement total de ses équipes en ce sens", a déclaré Marcello Conviti, directeur général de Carmat dans un communiqué.

Les patients ont survécu plus de 30 jours. La phase d'essais cliniques prévoit d'équiper au total quatre patients avec des coeurs Carmat et vise notamment à évaluer la survie à 30 jours de ces malades, tous en phase terminale en raison de leur maladie cardiaque. De ce point de vue, la mission est remplie pour Carmat. Les deux premiers patients du cœur artificiel ont survécu plus de 30 jours, 2 mois et demi pour l'un, et environ 8 mois pour l'autre.

Un troisième patient a reçu une prothèse cardiaque, le 8 avril à Paris. Un quatrième recevra un cœur artificiel dans les semaines ou les mois à venir.

Si les résultats sur ces quatre premiers patients sont jugés satisfaisants, Carmat passera alors à la deuxième phase d'essais.

Carmat pense déjà à l'étape d'après. La deuxième phase d'essais prévoit d'implanter le coeur Carmat chez 20 à 25 patients en France et/ou à l'étranger en 2016. Elle portera également sur des critères qualitatifs, comme la qualité de vie et le confort des patients, avant une homologation et une commercialisation de l'appareil dans l'Union européenne.