Le boom des MST en France

  • A
  • A
Le boom des MST en France
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les médecins s’inquiètent : l'une des principales infections sexuelles est en hausse de 52%.

Les professionnels de la santé s’inquiètent : les maladies sexuellement transmissibles sont en nette augmentation en France. L’un des exemples les plus frappants concerne les infections à gonocoques : elles ont bondi de "52%" entre 2008 et 2009, a indiqué jeudi l'Institut de veille sanitaire.

"Cette progression a été observée sur l'ensemble du territoire" mais "elle est légèrement moins importante en Ile-de-France (+38%), où on constate une augmentation chez les hommes (+44%) et une relative stabilité chez les femmes (-5%)", a poursuivi l’institut. En province, l'augmentation du nombre de cas, estimé à 54%, concerne autant les hommes (+51%) que les femmes (+75%)".

Les infections à gonocoques sont des infections sexuellement transmissibles dues à la bactérie "Neisseria gonorrhoeae". Elles touchent essentiellement des sujets jeunes, en grande majorité des hommes, chez qui elles provoquent des urétrites douloureuses, plus connues sous le nom de "chaude pisse".

Une baisse de la vigilance

Ces infections sont un bon indicateur des comportements sexuels à risque. Une augmentation de 52% est ainsi un révélateur d'une progression des rapports sexuels à risque. Les professionnels de la santé réitèrent donc un conseil élémentaire : penser à se protéger lors de tout rapport sexuel.

"Comme pour toutes les IST, l'usage du préservatif est le meilleur moyen d'éviter une contamination par le gonocoque", rappelle ainsi l’Institut de veille sanitaire. Après avoir eu un rapport non protégé avec un partenaire occasionnel ou avec des partenaires multiples, l’institut rappelle qu’il conseillé de rapidement consulter un médecin.

La plupart des femmes infectées ne présentent généralement aucun symptôme au départ, mais des pertes vaginales, des picotements urinaires pouvant apparaître quelques jours après l'infection. Si cette dernière n’est pas traitée, l’infection peut s'étendre, voire altérer la fertilité.