"Le barbecue n'est pas cancérigène"

  • A
  • A
Partagez sur :

Brûlures, gaz toxiques, cancérigène... Le docteur Gérald Kierzek fait le point sur les vrais dangers et les rumeurs autour du barbecue.

Il est l'une des stars de la cuisine estivale mais avant même de poser les côtelettes sur le gril, le premier danger du barbecue est...l'allumage. Dans le Grand direct de la santé, le docteur Gérald Kierzek livre toutes les bonnes pratiques pour profiter du barbecue sans risques.

Le positionner dans un endroit sûr et stable. "On voit beaucoup d'accidents liés à l'allumage ou à un mauvais positionnement du barbecue", révèle le spécialiste. Avant toute chose, il faut que le barbecue soit "dans un endroit sécurisé et stable" afin d'éviter qu'il ne se retourne. Un réflexe simple mais nécessaire pour prévenir brûlures et incendie. Il faut également éloigner l'appareil d'éventuels broussailles et branchages qui pourraient s'enflammer au contact de braises, d'autant plus par fortes chaleurs. Autre conseil, de mieux en mieux intégré toutefois : "ne pas mettre d'essence ou d'alcool pour raviver le feu" pour éviter tout retour de flamme. 

Couvercle, eau et extincteur. Gérald Kierzek conseille en outre de "mettre l'appareil sur une petite dalle de béton et d'allumer le feu grâce à des briquettes ou à des produits adaptés". Par précaution, une fois le feu allumé, il faut placer les denrées alimentaires "à distance de ces produits pétrochimiques". "L'idéal est d'avoir à proximité soit un peu d'eau soit un extincteur", poursuit le médecin, qui préconise d'utiliser un barbecue à couvercle "qui permet d'étouffer les flammes". A noter, aussi qu'après chaque barbecue, il faut nettoyer grilles et plaques car les graisses résiduelles entretiennent les flammes.

Le point sur la carbonisation. Une fois toutes les précautions d'utilisation prises, la grande question reste celle du danger du mode de cuisson en lui-même. Mais le spécialiste est formel : "le barbecue n'est pas cancérigène à condition d'avoir de bonnes pratiques. Attention toutefois, "si les viandes sont trop grillées, carbonisées, elles vont libérer des hydrocarbures et une trop grande exposition à ces hydrocarbures pourrait avoir des conséquences à long terme mais il faudrait tous les jours carboniser sa viande pour avoir un vrai risque." Pour indication, la température de cuisson doit rester autour de 250 degrés et les produits être disposés à dix centimètres des braises. Il est aussi conseillé de ne pas manger toutes les parties très grillées, ou du moins ne pas le faire "à répétition".

Les barbecues à gaz ou électriques. Les barbecues à gaz vendus dans les commerces sont "NF, soit normes françaises." Le médecin livre là aussi quelques conseils : "la bouteille de gaz doit être adaptée, on ne fait pas de bricolage avec le tuyau de gaz et on vérifie sa date de péremption et son bon état (ni poreux, ni craquelé). Pour les petits barbecues électriques, le médecin préconise de ne pas les brancher sur des systèmes rallonges/multiprises "parce que ça va chauffer". Et une fois n'est pas coutume, il faut prendre garde à l'état du câble, qui doit toujours être bien déroulé. Enfin, évitez de vous prendre les pieds dedans !

Attention aux bactéries.Pour ce qui est de la nourriture en elle-même, des réflexes de bon sens s'imposent. "Il faut sortir la viande au dernier moment pour éviter le développement de bactéries et l'attraction d'insectes, éviter de mélanger viande crue et viande cuite et ne pas remettre au frigo une viande" restée longtemps sur les tables, respect de la chaîne du froid oblige.