Laboratoires pharmaceutiques : la santé est-elle un business ?

  • A
  • A
Laboratoires pharmaceutiques : la santé est-elle un business ?
Bernard Dalbergue@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 3 FEVRIER – Après avoir travaillé plus de vingt ans dans des laboratoires pharmaceutiques, le docteur Bernard Dalbergue publie un livre où il dénonce leurs pratiques.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>>  Lundi 3 février, vous avez été 52% à faire "Votre choix d’actu"  sur le business des laboratoires pharmaceutiques. Dans son enquête – témoignage Omerta dans les laboratoires pharmaceutiques, Bernard Dalbergue évoque les laboratoires pharmaceutiques comme de potentiels industriels intéressés uniquement par l’argent. Selon lui, "comme tous les industriels", ces entreprises sont tentées d’augmenter toujours plus leurs recettes, au détriment de la santé des individus. Il se veut néanmoins rassurant, "ils savent pertinemment qu’ils ont des médicaments dangereux et ils alertent les autorités", déclare-t-il. Il remarque néanmoins que d’autres "surfent sur les vagues du système et profitent de ses failles".

Des maladies inventées ? Le docteur dénonce l’influence de certains industriels de la santé : "vous ne pouvez pas dire que certaines maladies ne sont pas inventées par les industriels" déclare-t-il. Il cite l’exemple du Choléstérol, dont l’efficacité des traitements n’est avérée que lorsque le patient a déjà subi un infarctus, ce qui ne représente que 20% des personnes traitées. Cependant, cet exemple ne doit pas être généralisé selon lui "à partir du moment où vous avez des gens honnêtes, ces situations ne se produisent pas".



Laboratoires pharmaceutiques : la santé est...par Europe1fr

Un rapport de collusion. Selon Bernard Dalbergue, "les médecins ne sont pas dupes dans leur rapport avec les industriels de la santé." Il serait "de notoriété publique" qu’il existe bien un lien entre soignants et industriels. Il est virulent envers ces médecins qui sont, selon lui, "des enfants vénaux" et qui "ne savent pas résister aux avantages".

Chaque année, les "erreurs médicamenteuses coûtent la vie de 18.000 personnes" précise-t-il. Bernard Dalbergue tient à rappeler que l’industrie est bien souvent pointée du doigt "pour des scandales" alors que ces derniers sont relativement rares.