La stevia, un nouveau "sucre"

  • A
  • A
La stevia, un nouveau "sucre"
Ces édulcorants sont tirés d'une plante, la Stevia Ribaudiana, originaire d'Amérique du Sud et apparentée à la famille de plantes des Asteraceae, comme l'estragon ou la camomille.@ Maxppp
Partagez sur :

200 fois plus sucrant que le sucre, cet édulcorant naturel a été autorisé lundi par Bruxelles.

Une révolution diététique est en marche. Bruxelles a annoncé lundi l'autorisation à l'échelle de l'Union européenne du recours à un édulcorant d'origine naturelle, la stevia. Cet édulcorant tiré d'une plante verte originaire d'Amérique du Sud pourrait ainsi remplacer l'aspartame ou d'autres édulcorants dans les aliments ou les boissons sans sucre. Cette autorisation entrera en vigueur le 2 décembre. Des yaourts, des céréales, des boissons, des chocolats ou des édulcorants pourront désormais contenir des extraits de stevia.

Un arrière-goût

 

La stevia transformée en poudre blanche, très légère, a un pouvoir sucrant 200 à 300 fois supérieur à celui du sucre. Relativement peu connue du grand public, même si on la trouve déjà en France dans certains produits, la stevia a été déjà testée par des amateurs de produits naturels comme Joëlle. "J'espérais retrouver le goût du sucre avec cette douceur. Et en fait je n'y ai pas trouvé mon compte. C'était un petit peu amer, agressif, j'ai été déçue", a-t-elle confié à Europe1.

L'arrière-goût de la stevia est tout le défi des industriels. Et pour l'entreprise Coca-Cola, pas question de faire une croix sur le sucre et les autres faux sucres comme l'aspartame. "Aucun édulcorant n'a exactement le même goût que le sucre. C'est donc quelque chose qui n'est pas simple : trouver la bonne recette, la bonne composition d'ingrédients, pour obtenir une boisson qui a toujours bon goût mais avec moins de sucre", a expliqué au micro d'Europe 1 Claire Meunier, responsable nutrition chez Coca-Cola.

Les industriels applaudissent

"Ce n'est pas tous les jours qu'un nouvel édulcorant est utilisé donc c'est une très bonne nouvelle", se félicite toutefois Claire Meunier. Coca-Cola France salue par ailleurs "la reconnaissance européenne de ce nouvel ingrédient qui ouvre la voie à de nouvelles innovations majeures. Certaines d’entre elles verront le jour en France dès 2012". Le groupe utilise déjà ces extraits dans une boisson à base d'oranges vendue en France.

Le Conseil international de la stevia, qui représente l'industrie du secteur, a de son côté applaudi la décision de la Commission européenne. "L'ultime obstacle dans le processus de régulation a été levé", s'est réjouie Maria Teresa Scardigli, directrice exécutive de ce groupe industriel, tandis que son président, Carl Horn, a souligné que les produits étaient non seulement naturels, mais aussi "zéro-calorie".

Vigilance des nutritionnistes

Bonne nouvelle pour les industriels mais pas pour certains nutritionnistes qui mettent restent toutefois prudents, soulignant que l'on manque d'études scientifiques sur la stevia. "Ce n'est pas parce que c'est naturel que c'est sans risque", estime par exemple l'association française des diabétiques.

Et pour rassurer tout le monde, la Commission européenne a précisé avoir adopté "un règlement autorisant son usage dans diverses catégories alimentaires", à la suite de l'avis favorable rendu par l'Agence européenne de sécurité des aliments. Selon Coca-Cola, "ce nouvel ingrédient au pouvoir 200 fois supérieur à celui du sucre a fait l’objet de plus de 25 années de recherche, tant au niveau technologique pour sa mise au point qu’au niveau scientifique pour établir sa sécurité d'emploi".