La galère des certificats médicaux pour le sport bientôt finie ?

  • A
  • A
La galère des certificats médicaux pour le sport bientôt finie ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

SIMPLIFICATION - Annuelle, la visite médicale pourrait à l’avenir avoir lieu tous les trois ans, dès la prochaine rentrée. 

L'INFO. A chaque rentrée scolaire, c'est la même chose. Entre le cours de danse, l'équitation et l'inscription au judo du petit dernier, vous courez dans tous les sens pour avoir le sésame : le fameux certificat médical qui atteste que votre enfant peut bien pratiquer son ou ses sports favoris. Bonne nouvelle : cela pourrait bientôt changer. 

Plus besoin d'y aller chaque année. Tous les ans, 15 millions de certificats médicaux sont ainsi délivrés. Pour simplifier la vie quotidienne des Français, le gouvernement souhaite rallonger, pour les moins de 18 ans, la durée de validité de ce certificat médical à 3 ans. Autrement dit, vous n'aurez plus besoin du fameux "certificat de non-contre-indication" chaque année. "À partir de la rentrée 2015, ces certificats médicaux seront valables plusieurs années sans avoir à les refaire à chaque fois", a détaillé Thierry Mandon, le secrétaire d’État à la réforme de l’État, au Parisien.

Sauf pour les sports extrêmes. Seules exceptions : les sports extrêmes, type boxe ou plongée sous-marine, devront toujours faire l’objet d’une visite médicale annuelle.

Une mesure qui divise. Pour Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, cette simplification pourrait mettre en danger la santé des plus jeunes : "Concernant les enfants, c'est une hérésie parce qu'ils changent morphologiquement, il va peut-être aussi changer de sport, donc ne pas faire le même effort", réagit le médecin, interrogé par BFM-TV. 

Reste que, de l'avis général, ces certificats médicaux sont souvent faits à la va-vite par le généraliste, lors d’une consultation qui n'a rien à voir avec l'activité sportive. "Il vaudrait mieux faire une vraie bonne première visite avant de démarrer une activité sportive avec un questionnaire détaillé, un large examen clinique et la réalisation d’un électrocardiogramme (ECG)", estime le professeur François Carré, chef du service d’explorations fonctionnelles du CHU de Rennes et président du Club des cardiologues du sport, sur le site Pourquoi docteur.