L'hypnose pour opérer les enfants

  • A
  • A
L'hypnose pour opérer les enfants
@ MAXPPP
Partagez sur :

INNOVATION - A Paris, l'hôpital Trousseau utilise la technique de l'hypnose comme alternative à l'anesthésie générale. 

Plongés sous hypnose. La méthode est inédite en chirurgie pédiatrique. A l'hôpital Trousseau situé dans le 12e arrondissement de Paris, on utilise l'hypnose pour endormir les enfants au bloc opératoire. Trois médecins anesthésistes de l'unité de chirurgie ambulatoire ont été formés à cette technique. L'intérêt ? Eviter une anesthésie générale, très lourde pour l'organisme et permettre aux enfants de quitter l'hôpital plus rapidement après l'opération.

Quel type d'opérations ? Jusqu'ici, la technique de l'hypnose n'était utilisée que pour traiter la douleur des enfants avant ou après l'opération. Désormais, les médecins anesthésistes de l'hôpital Trousseau y ont également recours pour des opérations de chirurgie viscérale.  "On ouvre la paroi abdominale, l'estomac, grâce à l'hypnose seule", explique à Europe 1 le docteur Delaporte. L'hypnose pourra aussi être utilisée dans le cas où l'anesthésie générale est jugée trop risquée pour les jeunes patients.

Comment ça marche ? Exactement comme pour l'hypnose classique. D'une voix douce et monotone, l'anesthésiste fait rentrer l'enfant dans un état dissocié, où il est toujours conscient. "Le corps est là mais l'esprit est ailleurs", détaille le docteur Delaporte. "Je me suis concentrée sur la voix de l'anesthésiste. On m'a fait oublier que j'étais dans une salle d'opération, on m'a tout de suite transportée dans un autre monde", raconte Julie, âgée de 14 ans, qui vient d'être opérée du cou. 

Des films en 3D. L'hôpital Trousseau a aussi recours à un casque projetant des films en 3D pour limiter les anesthésies générales. "A la différence des adultes, il est très difficile de contraindre un enfant à ne pas bouger lors d'une intervention sous anesthésie locale, ce qui nous oblige généralement à les endormir", explique le professeur Isabelle Constant, chef du service de chirurgie pédiatrique ambulatoire à Metronews. Grâce au casque, les enfants sont captivés par les images et peuvent ainsi être opérés sous anesthésie locale.