Journée mondiale de la vasectomie : cinq choses à savoir

  • A
  • A
Journée mondiale de la vasectomie : cinq choses à savoir
@ AFP
Partagez sur :

Cette intervention définitive, qui consiste pour un homme à se faire stériliser, reste peu courante et peu connue en France.

Vendredi est la journée mondiale de la vasectomie. L'occasion de se pencher sur cette méthode de contraception définitive destinée aux hommes… et peu connue.

Une opération définitive. La vasectomie consiste à couper les deux canaux qui servent à conduire les spermatozoïdes dans l’urètre. L'opération en elle-même se déroule sous anesthésie locale et ne dure pas plus de 30 minutes. Une fois la vasectomie faite, les spermatozoïdes ne rejoignent plus le sperme : l'homme ainsi opéré devient stérile.

Dans de rares cas, un retour à la fertilité est possible après une intervention. Mais seule l'auto conservation du sperme est considérée comme une option fiable pour une procréation post-vasectomie.

Légale en France depuis peu. En France, jusqu'en 1999, la vasectomie était considérée comme une mutilation, sauf en cas de "raison médicale". Ce n'est qu'en 2001 qu'une loi a reconnu et autorisé la vasectomie à visée contraceptive.

Plébiscitée en Amérique du Nord. Peu connue en France, l'opération est très répandue aux États-Unis, où un couple sur six y a recours. Chaque année, environ 500.000 hommes se font ainsi opérer.

Un moyen de contraception pour qui ? Ce mode de contraception est destiné aux hommes qui ne veulent plus d'enfants. Parfois, l'homme vient car c'est sa compagne qui a des contre-indications à la pilule et au stérilet.

Pourquoi une journée mondiale ? L'idée d'une Journée mondiale de la vasectomie vient de l'urologue américain Doug Stein et de son patient Jonathan Stack, qui ont décidé en 2013 de mieux faire connaître les avantages de la vasectomie  comme moyen de contraception et de planification des naissances. Ce vendredi, quelque 750 médecins dans 25 pays vont appliquer cette technique de stérilisation sur plus de 3.000 volontaires. "En prenant leurs responsabilités dans la planification familiale, les hommes deviennent des héros pour leurs partenaires, leurs familles et notre avenir", a déclaré Jonathan Stack vendredi.