Jeûner pour maigrir, est-ce une bonne idée ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que l'hiver arrive, quelques kilos pourraient s'installer. La tentative serait le jeûne mais est-ce vraiment la bonne solution ?

Le nouveau régime à la mode pour perdre les quelques kilos qui se sont installés depuis la rentrée, c'est le jeûne. C'est-à-dire cesser de manger pendant une période donnée. Mais est-ce vraiment une bonne idée pour maigrir ?

Le jeûne, une privation contre nature. Il existe plusieurs formes de jeûne. On parle de jeûne intermittent quand on se prive de nourriture de 20h le soir jusqu'à 13h le lendemain matin, d'autres régimes préconisent de jeûner pendant 24h... Mais à l'aune des besoins naturels du corps humain, cette privation apparaît comme contre nature. Puisque selon notre rythme chronobiologique, notre corps a besoin de carburant trois fois par jour. Donc si on met le corps en déficit, il va maigrir mais pour quelle efficacité sur le long terme ?

Corriger ses "erreurs alimentaires" pour plus d'efficacité. Parce que lorsqu'on se lance dans un régime, l'objectif est de perdre du poids durablement et d'éviter l'effet yo-yo qui fait reprendre du poids quand on a arrêté. Le Dr Gérald Kierzek conseille plutôt d'éviter ces cures trop restrictives que l'on a du mal à tenir sur la durée et de corriger ses "erreurs alimentaires". La restriction calorique ou le jeûne doivent être l'amorce pour perdre quelques kilos pour ensuite revenir à trois repas par jour.

On peut plutôt diminuer la ration calorique en variant son alimentation. On peut compenser les "erreurs alimentaires" comme le grignotage ou encore la tartine de beurre et de confiture par des fruits au petit-déjeuner. Progressivement vous allez changer vos habitudes et c'est la clé d'un bon régime sur la durée.

Quels sont les risques ? Certaines cures alimentaires comme celle-ci remplacent les protéines musculaires par de la graisse, sur le long terme, ce système n'est pas viable. Il peut y avoir des dangers si on fait ce jeûne trop longtemps à cause des carences que l'on chercherait ensuite à combler avec des compléments alimentaires. D'où l'importance d'avoir un contrôle médical, rappelle Gérald Kierzek. La réponse au "trop manger" n'est sans doute pas le "pas manger", conclut le médecin.