"J’oublie que je suis séropositive"

  • A
  • A
"J’oublie que je suis séropositive"
Anaïs vit sereinement avec la maladie.@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - Anaïs, 23 ans, contaminée à la naissance, n’a appris son état qu’à 14 ans.

La vie d’Anaïs* a basculé à l’âge de 14 ans. A la suite d’une hospitalisation, l’adolescente apprend de la bouche de son pédiatre qu’elle est séropositive. A l'occasion de la journée mondiale contre le Sida, Europe 1 a rencontré la jeune femme aujourd'hui âgée de 23 ans. Et qui, malgré cette annonce choc, vit sereinement sa maladie.

La séropositivité, Anaïs l’a contractée dès la naissance, contaminée par se mère, elle-même atteinte du VIH. Tout comme son père… "J’ai posé la question de savoir si j’étais la seule (à être malade) dans la famille. Ma mère m’a répondu que non", résume simplement la jeune femme, aujourd’hui âgée de 23 ans, sur Europe 1.

Ecoutez Anaïs :

Anaïs n’a jamais tenu rigueur à ses parents de lui avoir caché son état pendant toutes ces années. "Absolument pas", assène-t-elle. "J’avais besoin de grandir comme une petite fille normale, avec ses amis, à jouer. On m’a toujours dit que j’étais un peu plus fragile que les autres, et que du coup j’avais besoin de prendre des médicaments pour être plus forte, pour résister à l’hiver, aux infections."

Aujourd’hui, Anaïs vit sereinement avec sa maladie. "J’ai continué à prendre mes traitements, étant donné que je les ais toujours bien pris. J’ai continué comme avant. La maladie ne se manifeste pas", assure la jeune femme, qui conclut : "Il m’arrive d’oublier que je suis séropositive. Aujourd’hui, j’ai plus peur des cancers que de ma séropositivité."

La France compte officiellement 150.000 personnes séropositives. Mais selon des estimations, 50.000 personnes vivraient avec le virus sans le savoir. Le gouvernement lance une campagne de dépistage du 1er au 21 décembre via des spots diffusés à la télévision et au cinéma. En 2009, près de cinq millions de tests ont été effectués dans l'Hexagone.

*Le prénom a été changé