Hôpitaux de Paris : la grogne monte

  • A
  • A
Hôpitaux de Paris : la grogne monte
@ REUTERS
Partagez sur :

Occupation de la direction, deux directrices retenues par le personnel : la tension monte.

Les syndicats des Hôpitaux de Paris ont occupé pendant deux jours le siège du groupe, soutenus vendredi par un millier de manifestants, illustrant la montée du mécontentement suscité par les projets de restructuration de la direction.

Dans le Val-de-Marne, des membres du personnel ont retenu pendant sept heures deux directrices d'hôpital à l'issue de négociations, dans les bureaux de l'établissement Emile-Roux à Limeil-Brévannes, l'un des 37 hôpitaux franciliens de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

Réorganisation des hôpitaux en vue

Des milliers de manifestants ont clamé leur opposition aux projets de la direction, qui prévoit de réunir les établissements en 12 groupes. Par le jeu des regroupements de service, la restructuration supprimerait d'ici 2012 de 3.000 à 4.000 postes.

"Nous n'accepterons pas qu'on brade l'AP-HP", a lancé Rose-May Rousseau, infirmière à Henri-Mondor et secrétaire générale de la CGT AP-HP, qui s'exprimait avec un haut-parleur depuis une fenêtre du siège en direction des manifestants.

L'occupation du siège a finalement pris fin vers 22 heures, après que la direction s'est engagée à suspendre la mise en oeuvre de son plan de réorganisation, en attendant la fin de négociations avec les syndicats qui commenceront le 15 mars.

Les services de pédiatrie et de gériatrie menacés ?

A la grogne des personnels s’ajoute l’inquiétude des médecins de l'AP-HP, qui dénoncent certains pans du projet de réorganisation.

Ils craignent "une diminution de l'offre de soins au moins dans deux spécialités, la pédiatrie et la gériatrie", ont écrit les professeurs André Grimaldi et Bernard Granger du Mouvement de Défense de l'hôpital Public (MDHP).

La mobilisation des médecins s'est par exemple cristallisée sur des projets emblématiques, comme celui qui priverait l'hôpital Trousseau de ses activités de pédiatrie spécialisée. Lundi dernier, un millier d'opposants au projet s'étaient réunis.