Greffer un cœur qui a cessé de battre, une révolution

  • A
  • A
Greffer un cœur qui a cessé de battre, une révolution
@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

AVANCÉE MÉDICALE - Des chirurgiens britanniques ont réussi une prouesse exceptionnelle sur un patient : une greffe d'un cœur qui avait déjà cessé de battre.

Cette prouesse médicale avait déjà été réussie en Australie mais jamais en Europe. La semaine dernière au Royaume-Uni, un patient a reçu une greffe d'un cœur qui avait déjà cessé de battre. Explications.

Comment l'opération s'est-elle déroulée ? Le patient, Huseyin Ulucan, âgé de 60 ans, avait subi une attaque cardiaque en 2008. Depuis, il attendait patiemment une greffe du cœur. Normalement, les chirurgiens réalisent des transplantations cardiaques à partir de cœurs qui battent encore, prélevés sur des personnes en état de mort cérébrale. Là, ce n'était pas le cas. L'équipe de médecins britanniques a réussi à faire redémarrer le cœur grâce à un incubateur.

La nouveauté : l'incubateur. Grâce à cette machine développée par une société américaine, le cœur a pu être conservé artificiellement. Il a été oxygéné pour pouvoir ensuite être greffé sur le patient. L'incubateur a permis d'allonger le temps d'ischémie, qui correspond à la durée entre le prélèvement d'un organe et sa restauration dans le corps d'un receveur. "Ce temps doit être allongé au maximum pour éviter la nécrose, la mort tissulaire", explique Gérald Kierzek, médecin urgentiste et consultant santé pour Europe 1. "Ce temps d'ischémie a pu être augmenté d'une trentaine de minutes grâce à l'incubateur".





Une avancée vraiment très importante ? "On souffre actuellement d'une pénurie de greffons cardiaques", poursuit le docteur Kierzek. "Cette nouvelle technique augmenterait de 25% le nombre de greffes possibles". L'incubateur pourrait permettre de dépasser la barre des 500 greffes cardiaques par an en France.

Cette opération peut-elle être réalisée en France ? "Technologiquement, on est capable de le faire", estime Gérald Kierzek avant de nuancer : "il existe un barrage législatif. Actuellement, la greffe sur cœur arrêté n'est pas autorisée en France. C'est possible pour le foie et pour le rein mais pas pour le cœur".

>> LIRE AUSSI - Des médecins ont greffé un cœur qui avait cessé de battre

>> LIRE AUSSI - Cœur artificiel : le 2ème patient greffé de retour chez lui

>> LIRE AUSSI - Le don d'organe bientôt rendu automatique ?