Gare au syndrome du cœur brisé !

  • A
  • A
Gare au syndrome du cœur brisé !
@ AFP
Partagez sur :

En France, cette maladie cardiaque reste peu connue. Elle représente pourtant 2.400 cas chaque année, parmi lesquels surtout des femmes. 

Alors que s'ouvrent aujourd'hui à Paris, les 26es journées européennes de la Société française de cardiologie, certains cardiologues tirent la sonnette d'alarme sur une maladie cardiaque peu connue : le syndrome du cœur brisé, appelé aussi le "Tako Tsubo" par les japonais, premiers à décrire cette maladie dans les années 90. Une rupture amoureuse par exemple peut avoir vraiment avoir des conséquences graves sur le cœur. En France, cela représente environ 2.400 cas chaque année, soit 2% des hospitalisations au départ pour infarctus.

9 femmes touchées pour 1 homme. Une séparation, ou encore la perte d'un être cher, bref tout ce qui engendre un stress émotionnel intense peut entraîner ce syndrome du cœur brisé... Pour Elisabeth, 71 ans, c'est pendant une réunion mouvementée de copropriété, que les premiers symptômes sont apparus: "j'étais très énervée, on n'arrivait pas à se mettre d'accord. J'ai commencé à avoir de très fortes douleurs dans le cœur et c'est comme ça que je me suis retrouvée au CHU de Lille", raconte-t-elle. Aujourd'hui, Elisabeth veut s'adresser aux femmes car elles sont les premières victimes du cœur brisé : 9 femmes touchées pour 1 homme.

Cela ressemble à un infarctus mais ce n'en est pas un. Concrètement, les symptômes du tako-tsubo sont les mêmes que ceux d'un infarctus: forte douleur dans la poitrine, essoufflement... mais pourtant ce n'est pas un infarctus. Le coeur se retrouve brutalement inondé par des ondes de stress. Ces hormones vont se fixer sur des petits récepteurs au niveau du muscle cardiaque et cela va conduire à une paralyse aiguë", explique le docteur Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération française de cardiologie, soulignant que ces symptômes peuvent mener à "des morts subites, des troubles du rythme et des embolies cérébrales".  

Du coup, le message c'est surtout qu'il ne faut pas négliger des symptômes "type infarctus" après un stress intense. Même passagers, il faut appeler les urgences. Car la bonne nouvelle c'est qu'il suffit de prendre très vite et pour seulement quelques mois un traitement médical pour que tout revienne à la normale. Bien pris en charge le cœur brisé ne laisse pas de séquelles.