Extraction de dents de sagesse : l'anesthésie locale à privilégier

  • A
  • A
Extraction de dents de sagesse : l'anesthésie locale à privilégier
En deux heures maximum, on peut se faire retirer les quatre dents de sagesse sous anesthésie locale.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Moins d'effets secondaires, une prise en charge plus simple et plus rapide, les raisons de préférer une anesthésie locale à une anesthésie générale lors d'une opération des dents de sagesse sont nombreuses.

On les appelle "dents de l’amour" en Corée, "dents de l’esprit" en Roumanie et dents de sagesse en France. Elles sont nos troisièmes molaires et bien souvent, elles poussent mal, nous font souffrir ou créent des abcès. Beaucoup se les font d'ailleurs retirer.

Une opération pas toujours nécessaire. Mais l'extraction des dents de sagesse n'est plus systématique. Les professionnels conseillent désormais de vérifier vers 15-16 ans, grâce à une radio panoramique, comment elles se positionnent, si elles s'apprêtent à sortir ou pas. Dans au moins 5% des cas, on découvre qu'il n'y en a même pas. Néanmoins, si on doit les retirer, il n'y a désormais plus aucune raison de le faire sous anesthésie générale. Les produits pour endormir en local sont plus performants. En deux heures maximum, on peut se faire retirer les quatre dents de sagesse.

Une rémission plus rapide. Sous anesthésie locale, les suites sont moins lourdes. Certains dentistes avouent même que face à un patient réveillé, ils sont souvent plus doux. La bouche est par exemple ouverte moins grand durant l'intervention, ce qui entraîne moins de douleurs post-extraction. "On est aussi moins gonflés parce qu'on peut mettre de la glace tout de suite après", souligne le chirurgien-dentiste Jean-Marc Galeazzi. Le patient opéré sous anesthésie locale peut aussi "manger plus rapidement et plus facilement que sous anesthésie générale", atteste-t-il.

Aucun risque d'incident. Autre avantage de l'anesthésie locale : il n'y a aucun risque d'incident. "Sous anesthésie générale, il y a toujours un risque : un accident sur 140.000 ou 150.000 anesthésies", précise Jean-Marc Galeazzi. "Pour des dents de sagesse, c'est un peu disproportionné de prendre ce risque", juge-t-il.

L'idéal est de retirer les dents de sagesse entre 17 et 20 ans, mais il faut les surveiller toute la vie. En effet, à n'importe quel âge, elles peuvent poser problème. Même à 90 ans, il n'est pas rare de voir sortir une dent de sagesse sous une prothèse.

Le congrès annuel de l'Association dentaire française a ouvert ses portes mercredi à Paris et durera jusqu'à samedi. Un rendez-vous qui réunit, tous les spécialistes du secteur autour des dernières innovations dentaires.