Etats-Unis : des malformations congénitales liées au Zika vingt fois plus fréquentes

  • A
  • A
Etats-Unis : des malformations congénitales liées au Zika vingt fois plus fréquentes
Les malformations les plus fréquemment liées au Zika sont des anomalies du cerveau (55% des cas) ou la microcéphalie (89%).@ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

Selon une étude des autorités sanitaires américaines publiée jeudi, les malformations congénitales liées à Zika sont vingt fois plus fréquentes.

Les malformations congénitales liées au virus du Zika sont vingt fois plus fréquentes par rapport à la période antérieure à l'épidémie qui a frappé le continent américain en 2015-2016, indique une étude des autorités sanitaires américaines publiée jeudi.

Plus de symptômes en 2016. Il s'agit de malformations du cerveau ou de microcéphalies, un développement insuffisant de la boite crânienne, des défauts du tube neural et d'autres anomalies cérébrales ou des yeux constatées dans environ trois naissances sur mille en 2013-2014 et les années précédentes. Mais en 2016, la proportion d'enfants nés avec ce type de défaut, dont la mère enceinte avait été infectée par le Zika, était de 6% environ, soit près de 60 naissances pour mille grossesses affectées par le virus, précisent les Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Microcéphalie dans 89% des cas. Les chercheurs ont analysé les statistiques de 2013-2014 provenant de trois programmes de surveillance des naissances avec ces défauts congénitaux dans trois Etats (Massachusetts, Caroline du Nord, Géorgie) pour établir une référence avant le début de l'épidémie de Zika. Les malformations les plus fréquemment liées au Zika sont des anomalies du cerveau (55% des cas) ou la microcéphalie (89%).

Pas de période sans danger pendant la grossesse. Parmi les femmes infectées, le virus a aussi été responsable de 48% de fausses couches et de 66% de naissances prématurées, les foetus souffrant fréquemment dans ces cas de défaut du tube neural ou d'autres défauts du cerveau au tout début du développement. D'autres données ont également montré que le risque le plus élevé pour le foetus est quand la mère est infectée par le virus du Zika au premier trimestre de la grossesse et au début du second trimestre, indiquent les CDC. Ils soulignent toutefois qu'il n'y a pas vraiment de période sans danger pendant toute la grossesse.

Les CDC ont réitéré leurs recommandations, déconseillant aux femmes enceintes aux Etats-Unis de se rendre dans des pays où la transmission du virus par des moustiques est active et d'éviter aussi des contacts sexuels avec des partenaires qui se sont rendus dans ces zones.