Eric Abidal : "je n'ai pas eu peur de mourir"

  • A
  • A
Partagez sur :

COMBAT CONTRE LA MALADIE - Eric Abidal a accepté de revenir sur sa maladie, son cancer du foie, qu'il a contracté alors qu'il était encore footballeur. 

INTERVIEW

A 31 ans, le défenseur du FC Barcelone Eric Abidal apprend qu'il a un cancer du foie. Un peu moins d'un an après avoir raccroché les crampons, l'ancien joueur de l'équipe de France revient pour Europe 1 sur cette terrible épreuve de la maladie. "Je n'ai pas eu peur de mourir", confie-t-il mercredi matin. 

"Un vrai coup de massue". Interrogé sur son état actuel, Eric Abidal s'est montré très rassurant. "On ne sait jamais si on est guéri mais une chose est sûre, quand je fais mes examens de contrôle, je sors de l'hôpital très content". Le jour où il a appris qu'il avait contracté un cancer du foie, le joueur du FC Barcelone l'a pris comme "un coup de massue". Et de poursuivre : "ma chance, c'est que dans le sport de haut niveau, on fait des contrôles très complets chaque année".

Entendu sur Europe 1
Je suis obligé de démarcher des mutuelles

"Mes proches m'ont beaucoup aidé". "Honnêtement, je n'ai pas eu peur de mourir. Après, confesse-t-il, je suis énormément croyant. Je crois que ce jour-là n'était pas le mien. Je suis un battant et, je crois que ce mental que j'ai vient du sport. Mes proches, ma famille, m'ont aussi donné beaucoup de force pour me battre". 

"Une belle récompense". Extrêmement soutenu par ses coéquipiers du FC Barcelone, Eric Abidal a même joué la finale de la Ligue des champions le 28 mai 2011, après son opération et avant sa rechute. Ce jour-là, il a même porté le brassard de capitaine pour recevoir en premier le trophée. "C'était un grand moment d'émotion. Tout au long de cette journée, il y a eu énormément de surprises", rembobine Abidal. "J'ai d'abord pu jouer, puis gagner cette rencontre et lever le trophée. C'était une belle récompense mais pas seulement pour moi. C'était le trophée de toutes les personnes qui m'ont aidé". 

Abidal pour le droit à l'oubli. "Certes, j'ai eu la chance d'être sportif de haut niveau mais je me retrouve moi aussi obligé de démarcher des mutuelles", raconte celui qui a posé en couverture de Blu magazine, un semestriel destiné aux hommes concernés par le cancer. "A partir du moment où vous avez eu une maladie ou une greffe, le dossier est souvent compliqué".