Ebola : un test express mis au point en France

  • A
  • A
Ebola : un test express mis au point en France
@ REUTERS
Partagez sur :

Le laboratoire pharmaceutique BioMérieux a mis au point un test permettant de détecter le virus en une heure. Il a déjà reçu une autorisation des autorités sanitaires américaines.

Détecter le virus Ebola en moins d'une heure, c'est le défi relevé par le laboratoire pharmaceutique BioMérieux à Marcy-l'Etoile, dans la banlieue de Lyon. L'innovation a aussitôt reçu une autorisation en urgence des autorités sanitaires outre-Atlantique pour l'utilisation de ce test. Précisions.

>> LIRE AUSSI - Ebola : les hôpitaux s'entraînent à l'arrivée du virus

Une machine de la taille d'un grille-pain. Le test appelée "FilmArray" consiste à insérer dans machine de la taille d'un grille-pain, une plaquette contenant des échantillons de sang ou d'urine d'un patient suspect. Au bout d'une heure seulement, au lieu des sept à huit heures habituelles, il est possible de lire le résultat sur un écran d'ordinateur.

Filmarray

© BioMérieux

Un diagnostic précoce pour enrayer la crise ? Pour Mark Miller, le directeur médical de BioMérieux, ce test constitue une sérieuse avancée pour contenir le virus Ebola : "on espère qu'un diagnostic précoce et rapide aidera au triage des patients et permettra de réduire la contamination et la propagation du virus", a-t-il expliqué au micro d'Europe1.

>> LIRE AUSSI - Ebola : les vaccins bientôt testés en Afrique

Après les USA, le Japon et la Thaïlande ? L'autorisation délivrée outre-Atlantique ne concerne que les laboratoires aux Etats-Unis, "mais nous travaillons étroitement avec tous les pays dans le monde pour rendre disponible ce test pour les pays et les cliniciens qui en ont besoin", a précisé BioMérieux  à Europe1. Ainsi, après les Etats-Unis, la machine du laboratoire lyonnais pourrait être exportée au Japon et en Thailande pour un prix non encore défini car tout dépend des besoins et des possibilités des pays qui en font la demande, selon le laboratoire.

>> VIDÉO - Pourquoi Ebola revient-il en force maintenant ?