Ebola : l'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"

  • A
  • A
Ebola : l'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"
@ REUTERS
Partagez sur :

SANTÉ -L'OMS appalelle la communauté internationale à aider les pays touchés. Le Nigeria a déclaré l'état d'urgence.

L'urgence. L'Organisation mondiale de la santé a annoncé vendredi qu'il fallait considérer l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola comme "une urgence de santé publique de portée mondiale". Le comité d'urgence de l'OMS, qui s'est réuni mercredi et jeudi à Genève, est "unanime pour considérer que les conditions d'une urgence de santé publique de portée mondiale sont réunies". Selon l'organisation, il s'agit de l'épidémie "la plus importante et la plus sévère" depuis la découverte de ce virus en 1976.

>> A LIRE AUSSI : Ebola : au Liberia, "c'est la panique"

Un appel à l'entraide. "Une réponse internationale coordonnée est essentielle pour arrêter et faire reculer la propagation internationale d'Ebola", ajoute le comité. Le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé appelle la communauté internationale à aider les pays touchés. La Commission européenne a ainsi annoncé vendredi le déblocage de 8 millions d'euros supplémentaires pour contenir l'épidémie. Cette nouvelle aide porte à 11,9 millions d'euros l'effort déployé depuis le début de l'année par la Commission.

>> LIRE AUSSI - Ebola : la France se prépare

État d'urgence au Nigeria. Le président nigérian Goodluck Jonathan a déclaré vendredi que la lutte contre le virus Ebola, qui a fait deux morts au Nigeria, était "une urgence nationale", selon un communiqué de la présidence. "Goodluck Jonathan a également approuvé un plan d'intervention spéciale et le déblocage immédiat de 1,9 milliard de nairas (11,67 millions de dollars) pour combattre la maladie au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique.

Niveau d'alerte élevé en Côte d'Ivoire. Les autorités ivoiriennes ont décrété un niveau d'alerte "très élevé" face à la fièvre Ebola en Côte d'Ivoire, pays voisin du Liberia et de la Guinée, où l'épidémie a fait des centaines de morts."La menace est passée d'un stade élevé à très élevé. Le risque que la maladie se propage chez nous est réel et même extrêmement élevé", a déclaré le chef du service de surveillance épidémiologique de l'Institut d'hygiène d'Abidjan.

Plus de 1.000 morts en Afrique de l'Ouest. Le virus Ebola, en grande partie responsable de l'épidémie de fièvre hémorragique qui sévit depuis janvier avec près de 1.000 morts en Afrique de l'Ouest, figure parmi les plus contagieux et mortels chez l'homme, qu'il peut tuer en quelques jours.