Dispositifs médicaux : des prix excessifs

  • A
  • A
Dispositifs médicaux : des prix excessifs
@ REUTERS
Partagez sur :

FACTURE TROP SALÉE - Les fauteuils roulants ou les prothèses auditives sont très chères et très mal remboursées…

La situation est alarmante, selon l'Observatoire citoyen des restes à charge en santé. Selon une étude publiée jeudi, certains dispositifs médicaux, comme les prothèses auditives ou les fauteuils roulants, seraient encore très mal remboursés et représenteraient des efforts financiers démesurés pour les malades.

De trop grosses disparités de remboursement selon les dispositifs. Le coût de ces équipements et les prestations qui leur sont liées ont représenté 13 milliards d'euros en 2013. Le reste à charge pour les patients, c'est à dire après remboursement de la sécurité sociale et de leur éventuelle complémentaire santé, a été d'un peu plus de 7 milliards. Mais des inégalités existent. Les appareils dédiés à l'apnée du sommeil sont par exemple pris en charge à 74% par l'assurance maladie tandis que les audio-prothèses le sont à hauteur de seulement 9% pour les plus de 20 ans, relève l'Observatoire qui dénonce par ailleurs des pratiques tarifaires "pour le moins choquantes".

Prothèse-auditive

© REUTERS

Christian Saout, le secrétaire général du Collectif des associations sur la santé, est indigné. "Il faut que l’Assurance maladie prenne mieux en charge les dispositifs médicaux. Quand on est une personne âgée, quand on a besoin d’un appareil auditif, c’est encore trop coûteux. Et ce n’est pas parce qu’on est une personne âgée qu’on n’a pas le droit d’être socialisé et de poursuivre sa conversation avec ses petits-enfants".

Des inégalités en fonction de l’âge. Pour des dispositifs médicaux ne disposant pas de prix limite de vente, "le même produit peut être vendu 4 fois plus cher" selon les endroits. Et "le même modèle d'audio-prothèse coûte 10 à 50 % plus cher lorsqu'il est vendu à un assuré de moins de 20 ans et mieux remboursé que lorsqu'il équipe un adulte de plus de 20 ans". Pour les audio-prothèses, le reste à charge moyen est de 981 euros pour les moins de 20 ans contre 2.284 euros au-delà de cet âge, selon l'Observatoire. Ce dernier rappelle le faible taux d'équipement des déficients auditifs en France (de l'ordre de 20%) et un âge tardif d'appareillage (71 ans).

Les fauteuils roulants encore trop chers. Quant aux fauteuils roulants, les plus sophistiqués (électriques ou avec verticalisateur) sont beaucoup moins bien remboursés que les fauteuils manuels. Le coût initial d'un fauteuil est de près de 23.000 euros (parfois au-delà de 30.000 euros). Après intervention de tous les financeurs (complémentaires et associations), l'assuré doit tout de même verser en moyenne 1.850 euros de sa poche et même plus de 6.000 dans 10% des cas.

"Pour une famille qui a un enfant handicapé, il y a très souvent recours à un emprunt", constate Christian Saout. "Ce n’est pas ça qu’ont voulu  nos parents quand ils ont créé l’Assurance maladie en 1945. On se retrouve, 70 ans plus tard, avec des inégalités de remboursement alors qu’on a cotisé toute sa vie. Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas".