Deux études mettent à mal la théorie d'un bienfait de l'obésité

  • A
  • A
Deux études mettent à mal la théorie d'un bienfait de l'obésité
Avec l'obésité, le risque de maladies cardio-vasculaires augmente, plus rapidement chez les femmes que chez les hommes. Image d'illustration. @ ULISES RUIZ / AFP
Partagez sur :

Ces deux études parues vendredi démontrent bien que l'obésité favorise l'apparition de maladies cardiovasculaires. 

Deux études, dont une britannique publiée vendredi, mettent à mal la théorie controversée du "paradoxe de l'obésité", selon laquelle le surpoids pourrait être un bienfait pour la santé du cœur. L'étude britannique parue dans la revue European Heart Journal a porté sur les dossiers médicaux de près de 297.000 adultes, entre 2006 et 2010.

Davantage de maladies cardiovasculaires. Les chercheurs de l'université de Glasgow ont montré une corrélation entre le surpoids, mesuré grâce à l'indice de masse corporelle (IMC)  et au tour de taille, et le risque de maladie cardiovasculaire. L'IMC des personnes courant le moins ce risque est aux environs de 22 à 23, ce que les médecins appellent une "corpulence normale". Au-delà, le risque augmente, plus rapidement chez les femmes que chez les hommes. Une étude américaine, publiée fin février dans JAMA Cardiology, avait abouti aux mêmes conclusions. Elle établissait aussi une corrélation entre la corpulence de plus de 190.000 personnes, mesurée entre 1964 et 2015, et leurs maladies cardio-vasculaires.

"Par rapport à des individus à l'IMC normal (défini comme étant compris entre 18,5 et 24,9), les risques d'incident cardio-vasculaire au cours de la vie ont été plus élevés, chez les adultes d'âge moyen, pour les personnes en surpoids ou obèses", écrivaient les chercheurs des universités Northwestern à Chicago et Texas Southwestern à Dallas.

Un "paradoxe de l'obésité" démonté. Quelques travaux controversés assuraient à l'inverse que l'obésité  pouvait être associée à une meilleure espérance de vie, surtout chez les personnes âgées. L'explication des observations faites par les tenants de ce supposé "paradoxe de l'obésité" pourrait venir, selon les auteurs britanniques, de facteurs qu'ils ont négligés. Par exemple, "les fumeurs peuvent avoir un poids plus faible puisque le tabagisme diminue l'appétit (...) Une raison pourrait être que certaines personnes ont des maladies non diagnostiquées, qui peuvent souvent leur faire perdre du poids mais augmentent aussi la probabilité de mourir prématurément", ont-ils avancé. À état de santé égal, "quand on est dans la zone du surpoids ou de l'obésité, perdre quelques kilos ou plus si possible ne fera qu'améliorer la santé", a souligné une professeure de médecine, Stamatina Iliodromiti.