Depuis les attentats, les Français veulent se former aux premiers secours

  • A
  • A
Depuis les attentats, les Français veulent se former aux premiers secours
Partagez sur :

Depuis les attentats du 13 novembre, de plus en plus nombreux à s'inscrire à des formations de premiers secours.

Depuis les attentats du 13 novembre, beaucoup de Français se posent les mêmes questions: "Et si j'avais été présent, comment aurais-je réagi ? Est-ce que j'aurais pu sauver des vies ?". En réaction, ils sont de plus en plus nombreux à s'inscrire à des formations de premiers secours.

Eviter un de se retrouver impuissant. Cormac Flynn, 35 ans, dînait ce soir-là dans un restaurant à deux pas du Bataclan. Quelques jours après, il s'inscrivait pour suivre une formation aux "gestes qui sauvent" auprès de la Croix-Rouge: une réponse au sentiment d'impuissance ressenti lors des attentats. "On a vu des blessés, des gens touchés aux jambes, au ventre, mais on n'était pas capable d'aider", raconte-t-il, encore très touché. "Dans ces cas-là, on se dit qu'il y aura toujours quelqu'un d'autre qui connait les gestes de premiers secours. Mais si ça arrive encore, je veux être préparé".

Une hausse "exponentielle" des demandes. Depuis le 13 novembre, la Croix-Rouge française constate une hausse "exponentielle" du nombre de demandes, explique Christophe Talmet, responsable des formations. L'ONG avait d'ailleurs déjà enregistré une augmentation de 7% des inscriptions après les attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher en janvier. Lors des attaques, les secours ont été essentiellement confrontés à des cas d'hémorragies par balle. "Si plus de gens avaient réagi en mettant leurs mains sur les plaies, en mettant des personnes en position latérale de sécurité, ils auraient peut-être pu maintenir des personnes en vie", souligne Christophe Talmet.

Coût de ce stage d'une journée: 60 euros. Si la Croix-Rouge estime à 1,2 million le nombre de personnes formées et sensibilisées chaque année, la France reste très en retard en matière de secourisme.


Premiers secours : les demandes de formation...par Europe1fr