De la drogue à télécharger

  • A
  • A
De la drogue à télécharger
@ DR
Partagez sur :

Une nouvelle "drogue" sous forme de fichiers audio inquiète les éducateurs et les parents américains.

De simples fichiers audio pour planer. Exit les drogues qui s’ingèrent, se fument ou s’injectent, désormais les jeunes Américains utiliseraient leurs oreilles pour se défoncer. C’est du moins la certitude du directeur de la Mustang Public School, qui a tenu a dénoncer cette nouvelle menace.

L’histoire débute lorsque trois étudiants de ce lycée sont convoqués dans le bureau du proviseur, suspectés d’être sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue dans l’enceinte de l’établissement. Sauf que ces derniers ont affirmé n’avoir utilisé que leur lecteur mp3 pour se mettre dans un tel état…

Un "trip audio" qui fait mal à la tête

Proposé pour environ 5$ l’unité par le site i-doser, cette nouvelle "drogue" prend la forme de fichiers audio à télécharger et à écouter allongé durant une demi-heure, de préférence dans le noir. L’auditeur plonge alors dans une symphonie de sons saturés, proches d’un bourdonnement, qui semblent donner davantage mal à la tête qu’ils ne font planer.

Il est ainsi possible d’expérimenter l’effet du cannabis, du LSD, du peyote ou même de la Kétamine (un puissant anesthésiant pour cheval). Le trip "Hands of God" est l’une des expériences proposées par ce site, avec la promesse de plonger dans ses pires cauchemars :

Comment expliquer alors l’état d’euphorie dans lequel sont plongés des jeunes qui ont tenté l’expérience et l’ont partagée via des vidéos postées sur le web ? Le secret réside dans l’utilisation de la technique des "battements binauraux" : écouter deux sons très proches mais de fréquence différente dans chaque oreille aurait un effet sur le rythme des ondes cérébrales, provoquant une forme de transe.

Jamais prouvée scientifiquement, cette technique semble surtout provoquer un effet placebo chez l’auditeur. Elle a néanmoins provoqué le buzz sur internet et inquiète depuis les parents d’élèves américains. Le Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) vient même de se pencher sur la question.