Crise d’épilepsie : que faire ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Le docteur Gérald Kierzek indique comment se comporter lorsque l'on est témoin d'une crise d'épilepsie.

Une crise d’épilepsie est "une décharge brusque d'influx nerveux", définit Gérald Kierzek, médecin d'Europe 1. "Dans le cerveau, on a des signaux électriques, c'est comme cela que les synapses, les neurones communiquent entre eux. Quand il y a une espèce d’orage électrique, en fonction de la zone cérébrale, on peut faire une crise d'épilepsie, soit une crise généralisée si l'ensemble du cerveau reçoit la décharge, soit une crise partielle, si c'est seulement une petite zone qui est touchée."

Mouvements saccadés, perte de connaissance. La crise classique (généralisée) implique une perte de connaissance, des mouvements saccadés, des grandes secousses musculaires : c'est la phase tonique de la crise. Il y a ensuite une phase de relâchement musculaire. En cas de crise partielle, cela peut être seulement un bras qui va se mettre à bouger. Dans l'immense majorité des cas, précise le médecin, on ne sait pas d'où viennent ces crises d'épilepsie : on parle ainsi de crise idiopathique. 

Que faire en cas de crise ? "Il faut laisser se dérouler la crise, ne pas venir la contrarier", indique le médecin. "On ne va pas pouvoir la casser manuellement. Il faudrait des médicaments." Donc, quand un épileptique fait une crise, il faut protéger son environnement pour éviter d'avoir un traumatisme crânien, par exemple. "Il va falloir caler sa tête. En revanche, insiste Gérald Kierzek, "contrairement à une certaine croyance, il ne faut pas essayer d'aller caler quelque chose entre les dents, notamment des doigts, sous peine de se faire mordre car l'épileptique a la bouche complètement serrée."

Une fois la crise passée, il faut mettre le patient en position latérale de sécurité (PLS) et bien sûr appeler les secours, le 15 (Samu) ou le 18 (pompiers).