Courir quelques minutes par jour équivaut à un long footing

  • A
  • A
Courir quelques minutes par jour équivaut à un long footing
@ maxppp
Partagez sur :

SPORT POUR FEIGNANTS - Une étude américaine démontre que entre courir quelques minutes par jour et faire un long footing, les bénéfices pour la santé sont les mêmes.

Vous chaussez chaque week-end vos baskets pour une course d'une heure ? Sachez que si chaque jour, vous courrez jusqu'à l'arrêt de bus ou jusqu'à la boulangerie de votre quartier, ça revient au même. Une étude de l'université de l'Iowa, publiée lundi dans le Journal of the American College of Cardiology, a constaté qu'entre courir un peu ou longtemps, il n'y a pas de différences en bénéfices pour la santé.

>> LIRE AUSSI - Les Français ne bougent pas assez au quotidien

Courir 20 minutes ou 1 heure ? Les auteurs de l'étude sont formels. Il n'y a pas de différences importantes entre les personnes qui courent peu (50 minutes par semaine) ou beaucoup (3 heures hebdomadaires). La vitesse de course n'a pas non plus d'impact. L'étude démontre aussi que marcher 15 minutes par jour équivaut à 5 minutes de courses. L'étude s'est étalée sur 15 ans et a suivi 55.000 adultes, âgés en moyenne de 44 ans. 

Pour résumer, un long footing par semaine égale 5 minutes de courses par jour qui elles-mêmes, équivalent à 15 minutes de marche par jour.

Inutile donc de culpabiliser si vous vous êtes traîné tel un boulet pendant un footing de 10 minutes. "Même le groupe de ceux qui parcouraient chaque semaine le moins de distance (10 km ou moins), le moins souvent (une à deux fois) et le moins vite (moins de 10 km/h) présentent des risques de mortalité bien moins importants que ceux qui ne courent pas", souligne l'étude.

>> LIRE AUSSI - À 86 ans, elle court un marathon ... et meurt

Courir, toujours mieux que de ne rien faire. L'étude vient aussi confirmer que la course à pied est bénéfique pour le corps, qu'elle soit pratiquée un peu ou beaucoup. Les coureurs ont 30% de risque en moins de mort prématurée et 45% de risque en moins de décéder d'une maladie cardiovasculaire, par rapport aux personnes ne pratiquant aucun sport. Le coureur peut aussi cultiver l'espoir de vivre 3 ans de plus que quelqu'un qui ne court pas.

>> LIRE AUSSI - Le footing est-il de droite ?