Consommer des fruits à coque réduit de plus de 40% le risque de récurrence du cancer colorectal

  • A
  • A
Consommer des fruits à coque réduit de plus de 40% le risque de récurrence du cancer colorectal
Les amandes, noix et autres fruits à coque permettent de réduire les risques de récidives du cancer colorectal@ AMELIE QUERFURTH / AFP
Partagez sur :

"Cette étude conforte l'idée qu'un changement de régime alimentaire et l'activité physique peuvent faire une différence", assure le principal auteur de l'étude.

Consommer régulièrement des fruits à coque, comme les amandes ou les noix, réduit de plus de 40% le risque de résurgence du cancer du colon, selon une étude publiée mercredi.

Une espérance de vie allongée. Selon cette étude menée avec 826 patients traités pour une tumeur du gros intestin qui ne s'est pas propagée à d'autres organes, ceux qui ont mangé au moins 56 grammes de ces fruits par semaine ont aussi vu leur risque de mortalité prématurée baisser de 57% par rapport à un groupe témoin. Le Dr Temidayo Fadelu, un clinicien de l'Institut du cancer Dana Farber à Boston et principal auteur de l'étude a ainsi voulu vérifier si les bienfaits de la consommations de ces fruits à coque, déjà avérés pour les maladies cardiovasculaires ou le diabète, s'étendaient au cancer colorectal.

L'alimentation comme premier médicament. Il reste à comprendre le processus protecteur des fruits à coques, a toutefois souligné le chercheur. Les personnes atteintes d'un cancer colorectal avancé non-métastatique ont jusqu'à 70% de chance de survivre trois ans après le traitement qui consiste le plus souvent à l'ablation chirurgicale de la tumeur ou à une chimiothérapie.

"Des habitudes alimentaires saines peuvent souvent passer au second plan pendant un traitement anti-cancéreux, mais cette recherche montre que le fait tout simple de manger des fruits à coque peut faire une différence dans la survie à long terme des patients", a pointé le cardiologue Daniel Hayes, président de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO). "Cette étude conforte l'idée qu'un changement de régime alimentaire et l'activité physique peuvent faire une différence", relève le Dr Fadelu.

Un mode de vie sain pour améliorer ses chances de survie. Une autre étude, également dévoilée mercredi, menée avec 992 patients atteints d'un cancer du colon sans métastase, a montré que ceux adoptant un mode de vie sain - alimentation méditerranéenne, exercice...- après un traitement post-opératoire, réduisaient de 42% leur risque de mortalité prématurée ainsi que les chances de réapparition de la tumeur. L'étude n'a en revanche montré aucun effet sur une réduction de la récurrence du cancer en consommant des cacahuètes, des légumes qui ont une composition métabolique différente que celle des fruits à coque.