Comment reconnaître les symptômes de l'endométriose ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les symptômes de l'endométriose, cette maladie caractérisée par la présence de tissu utérin en dehors de l'utérus, peuvent débuter dès l'adolescence mais sont parfois sous estimés.

C'est une maladie méconnue. L'endométriose touche une femme sur dix en France, et pourtant certaines femmes ignorent qu'elles souffrent de cette maladie qui fait que le tissu qui tapisse normalement l'utérus, se propage en dehors, sur d'autres organes et provoque des lésions, des kystes.

Dans de le cadre de la semaine d'information sur l'endométriose, le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes signe lundi après-midi un partenariat avec l’association Info endometriose, représentée notamment par Julie Gayet et la chanteuse Imany afin de renforcer la sensibilisation sur cette maladie.

"Des douleurs qui empêchent de sortir du lit". Car les symptômes, qui sont pourtant très invalidants, peuvent débuter dès l'adolescence. "Vous avez des douleurs qui vous empêchent de sortir du lit. Vous ne pouvez pas aller au travail, à l'école, au sport. Quand vous allez voir l'infirmière du collège, elle pense que c'est du chiqué", témoigne la chanteuse Imany, lundi sur Europe 1.

L'infertilité révèle l'endométriose. Il faut en moyenne sept ans pour que les femmes atteintes d'endométriose obtiennent un bon diagnostic. Car certains médecins passent encore à côté. "C'est souvent lorsque les femmes arrêtent la pilule et essayent d'avoir un enfant et qu'elles n'y arrivent pas que l'on se penche sur la question de l'endométriose alors qu'il y avait des symptômes qui avaient déjà été évoqués avant mais qui n'avaient pas été entendus", note Nathalie Clary, présidente de l'association Endomind. "Les médecins, de manière générale, ne sont pas suffisamment informés sur la maladie, qu'ils soient généralistes ou gynécologues", ajoute-t-elle. Les associations demandent ainsi la création dans toutes les régions de centres de référence, comme cela se fait déjà par exemple, en cancérologie.

Des facteurs de risque génétiques. Toutes les femmes n'ont pas les mêmes risques d'être atteintes d'endométriose. Car s'il n'y a pas un gène qui va coder l'endométriose, il existe en revanche plusieurs facteurs de risque génétiques. "Certains facteurs environnementaux sont également en train d'être découverts, comme des facteurs alimentaires", précise le médecin Gérald Kierzek, lundi sur Europe 1.

Des traitements possibles. Face aux symptômes de cette maladie, il existe des solutions. "Ce peut être un traitement symptomatique avec des anti-inflammatoires ou un traitement hormonal pour calmer les douleurs", précise le médecin sur Europe 1. Dans certains cas, la chirurgie peut également être envisagée.


Endométriose : Quelles sont les solutions ?par Europe1fr