Comment prévenir et soigner la crise de goutte ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Cette inflammation des articulations, que l'on croyait d'un autre siècle, frappe plusieurs centaines de milliers de Français chaque année.

On a souvent tendance à croire que c’est une maladie qui n’existe que dans les romans du 19e siècle. Et pourtant, chaque année en France, 600.000 personnes sont victimes de crises de goutte. Il s’agit en vérité d’une arthrite, c’est-à-dire d’une inflammation des articulations, rappelle dans Questions de santé le docteur Gérald Kierzek. Cette inflammation est "liée à des gouttes d’acide urique qui se déposent sur les articulations", souvent celles des pieds. L’acide urique est issu de la dégradation, dans le corps, de certaines protéines, et est donc lié à notre alimentation, et plus particulièrement aux alimentations riches. "La maladie des rois", friands de viandes faisandées et de vin, rappelle le praticien.

Quelle prévention ? "On a eu tendance, ces dernières années, à lever le pied sur les viandes riches, à avoir une alimentation plus saine. On voit moins de crises de gouttes", relève cependant le médecin qui pointe trois facteurs : l’alimentation, l’alcool et le stress. "Il y a un facteur de prédisposition, il y a des familles de ‘gouteux’ ou de ‘goûteuses’", souligne Gérald Kierzek. "On transmet aussi son mode de vie et son alimentation". En conséquence, le meilleur traitement préventif reste la modération sur les viandes, les aliments gras et l’alcool.

La crise est là.Comment la soulager ? On peut utiliser un anti-inflammatoire non stéroïdien, sauf l’aspirine, mais la colchicine reste la meilleure des thérapeutiques contre l’arthrite goutteuse. Il existe également des traitements qui peuvent faire redescendre le taux d’acide urique dans le sang. Néanmoins, relève le docteur Kierzek, une personne avec un fort taux d’acide urique ne fera pas nécessairement une crise de goutte, de même qu’une personne avec un faible taux peut très bien être concernée.