Comment les inégalités sociales impactent notre état de santé

  • A
  • A
Comment les inégalités sociales impactent notre état de santé
@ FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Le dernier rapport de la Drees sur la santé des Français, publié jeudi, dépeint un état de santé "globalement bon". Mais selon le niveau social, les inégalités restent fortes. 

Certes, "l’espérance de vie des Français est élevée", et "la réduction de la mortalité se poursuit". Mais en décortiquant le rapport 2017 sur "L’État de la santé de la population en France", publié par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) et l’agence Santé publique France, les inégalités sont frappantes.

Selon le niveau social des Français, les statistiques du rapport varient fortement. En clair : l’état global de santé des populations les plus défavorisées n’est pas le même que celui des classes supérieures.

Alimentation, conditions de travail ou encore environnement quotidien : le cadre de vie des Français les plus pauvres touche directement leur état de santé.

Plus de risque d’obésité pour les enfants d’ouvriers. Les données relevées en 2014 sur un panel d’enfants de CM2 montrent une corrélation entre situation socio-économique et risques de surpoids. 12,7% des enfants de cadres étaient en surpoids ou en obésité. C’est 20% pour les enfants d’employés, et le chiffre grimpe encore d’un point et demi pour les enfants d’ouvriers.

Un travail qui rend malade. Face aux maladies professionnelles, les ouvriers sont là-aussi défavorisés. Plus exposés à la pénibilité du travail et aux environnements polluants, ils tombent plus facilement malade à cause de leur travail. Les statistiques sont sans appel : 72% des maladies professionnelles déclarées touchent des ouvriers. 23% seulement concernent des employés du régime général. Pour les maladies liées à l’amiante, dont le cancer du poumon, 92% des victimes travaillaient en tant qu’ouvriers.

Les Français les plus défavorisés sont aussi plus vulnérables face aux affections cardio-vasculaires : la mortalité liée à ces pathologies est 50% plus importante que pour les classes supérieures.

Une vie plus longue pour les plus aisés ? Ces inégalités face aux différents troubles et pathologies qui touchent l’état de santé des Français induit un écart non négligeable entre les espérances de vie des différents groupes socio-économiques. A 35 ans, un cadre homme peut ainsi espérer vivre au moins six ans de plus qu’un ouvrier. C’est un peu plus de 3 ans pour une femme.

Enfin, le rapport pointe des disparités territoriales. La mortalité prématurée est beaucoup plus importante en Outre-mer, avec 30% de décès avant 65 ans, contre 18,5% en métropole. Le nombre d’enfants mort-nés en Outre-mer représente plus du double des décès de nourrissons en France métropolitaine.


Quelle méthodologie ?

Pour évaluer la santé des Français, la Drees se base sur plus de 200 indicateurs. Elle utilise plusieurs sources de données. Les statistiques d'état civil d'abord, avec les certificats de naissance et de décès, ces derniers indiquant les causes médicales de la mort. Les enquêteurs consultent également les registres de pathologies médicales, pour les cancers par exemple. Ils ont enfin recours à des enquêtes de santé au téléphone, où ils peuvent également se renseigner sur la situation socio-économique des personnes interrogées. Celle-ci est évaluée à l'échelle communale en fonction du revenu fiscal médian, du nombre de diplômés de niveau baccalauréat et plus, et de la part d'ouvriers et de chômeurs dans la tranche d'âge 15-64 ans. Ils s'informent aussi sur le mode de recours aux soins des Français, (fréquence des hospitalisations, modes de remboursements). Des examens médicaux, cliniques et biologiques, sont par ailleurs réalisées sur un panel d'individus.