Comment gérer en douceur le passage à l'heure d'été ?

  • A
  • A
Comment gérer en douceur le passage à l'heure d'été ?
@ ROBERT FRANCOIS/AFP
Partagez sur :

COUP DE MOU ? - Dans la nuit de samedi à dimanche on dormira une heure de moins. Voici quelques conseils pour ne pas ressentir de coup de fatigue.

Si le passage à l’heure d’été marque l’arrivée des beaux jours, il s'accompagne aussi d’un gros coup de fatigue. Dans la nuit de samedi à dimanche, comme chaque dernier dimanche du mois de mars, à deux heures du matin, il sera trois heures. On dormira donc une heure de moins. Europe 1 vous donne quelques astuces pour gérer en douceur ce changement d’heure.

Pourquoi est-on plus fatigué après le changement d’heure ? La raison est mathématique. Comme on avance sa pendule d’une heure, on se lève donc plus tôt le matin, d’où un manque de sommeil les premiers jours. “Historiquement, c’est plutôt une mesure d’économie énergétique, mais ce n’est absolument pas une mesure de santé, puisque cela va à l’encontre de notre horloge biologique. Avec l’heure d’été, on vient contrarier son rythme physiologique”, détaille le docteur Gérald Kierzek, le docteur d’Europe 1.

Ecoutez la chronique du Docteur Gérald Kierzek :



“Physiologiquement, le passage à l'heure d'été est plus difficile parce qu'il est plus éloigné de l'heure solaire (deux heures de décalage)”, explique le Dr François Duforez, médecin au Centre du Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel-Dieu à Paris, interrogé par 20 Minutes.

Qui est le plus concerné ?  “Les personnes les plus âgées et les enfants vont avoir du mal à se recaler sur cette heure là, qui est une heure anti-physiologique. Les enfants vont par exemple protester en disant qu’il fait encore jour et qu’ils ne veulent pas se coucher”, constate le Docteur Gérarld Kierzek.

Comment anticiper cette fatigue ? Les spécialistes conseillent d’anticiper le changement d’heure, notamment en commençant à décaler son réveil une semaine avant. "L'horloge se règle au lever et pas au coucher. Dans l'idéal, il faudrait se lever quinze minutes plus tôt pendant quatre jours avant le changement d'heure. Le jour J, cela nous permettra de nous coucher une heure avant", explique le Docteur Joëlle Adrien, directrice de recherche à l'INSERM et auteur du livre Mieux dormir et vaincre l'insomnie, interrogée par TF1.

Et si vous n’avez pas eu le temps d’anticiper ? “On conseille, par exemple, de changer ses horloges dès le samedi soir, avant d’aller se coucher, de façon à être dans le nouveau rythme de la nouvelle heure”, préconise le Docteur Gérald Kierzek.

Et une fois le changement d’heure passé ? Le premier jour du changement d’heure, il est déconseillé de faire une grasse matinée, comme certains seraient tentés de le faire par anticipation au manque de sommeil des jours suivants. Le risque est en effet de ne pas réussir à s’endormir le soir et donc d’avoir un réveil encore plus difficile le lundi matin.

De manière générale, il ne faut pas aller contre son rythme, c’est-à-dire d’essayer de se coucher plus tôt, ou de se lever plus tôt. “Il va falloir se coucher à l’heure habituelle, et non pas à l’ancienne heure. Pour les enfants, il faut les forcer à aller se coucher le soir, même s’il fait encore jour. Un des moyens, c’est par exemple de recréer la pénombre, de fermer les volets, pour récréer le rythme du sommeil. Dimanche, on peut également faire une sieste l’après-midi et bien se recaler le soir”, conseille le Docteur Kierzek. Pour trouver le sommeil plus facilement, les spécialistes recommandent enfin de déconnecter des tablettes, ordinateurs et smartphones le soir, car la lumière de ces appareils perturbe la sécrétion de la mélatonine.

Un rythme alimentaire à changer ? Côté alimentation, il est conseillé le premier jour de faire ses repas à l’ancienne heure. “Si on a l'habitude de déjeuner à midi et de dîner à vingt heures, il faut essayer de passer à table à la même heure ce dimanche”, recommande le Docteur François Duforez. Il faut également éviter les dîners trop riches et tardifs et, logiquement, arrêter à la mi-journée de consommer café, sodas et autres boissons énergisantes.

Du positif aussi. Mais ce changement d’heure implique aussi des journées plus longues, donc plus de soleil, aidant à lutter, à long terme, contre les coups de fatigue. La lumière, qui est un antidépresseur naturel, va stimuler des hormones, comme la sérotonine et la mélatonine. Ça va donc être favorable pour mettre un terme à la dépression hivernale”, s’enthousiasme le Docteur Gérald Kierzek.

Et si coup de fatigue il y a, il ne devrait pas durer, rassure le Docteur François Duforez : “le corps n'a besoin que de quelques jours pour s'habituer”.

Qui a eu l'idée de changer l'heure ? Les explications ici :





>> LIRE AUSSI - On change d'heure dans la nuit de samedi à dimanche

>> LIRE AUSSI - Le sommeil, comment ça marche ?

>> LIRE AUSSI - Quelles méthodes naturelles pour mieux dormir ?

>> LIRE AUSSI - Quel est le temps de sommeil idéal par jour ?