Comment éviter les traumatismes auditifs

  • A
  • A
Comment éviter les traumatismes auditifs
Partagez sur :

Sensibiliser aux problèmes de notre santé auditive est l’un des objectifs de la semaine du son.

Plus de 6 millions de personnes souffrent de troubles de l'audition en France. Les jeunes sont les premiers concernés, en raison des risques qu’ils prennent régulièrement pour leurs oreilles. 1 sur 10 est ainsi atteint de déficience auditive. Concerts, discothèques ou encore baladeurs : ils sont régulièrement soumis à une exposition à risques.

Europe1.fr a recensé les bons automatismes à prendre pour préserver ses oreilles. Il existe des gestes simples pour limiter tout risque d’endommagement de l’audition.

En concert ou en discothèque : limiter la casse
Même si la réglementation limite le volume moyen à 105 dB dans les salles de spectacles et les boîtes de nuit, ce taux n’est en théorie acceptable par nos oreilles que 45 minutes par semaine.
Quelques conseils :
- ne pas se coller aux enceintes et se placer au centre de la salle.
- sortir de la salle où le niveau sonore est élevé au moins pendant 15 minutes toutes les heures.
- utiliser des bouchons d’oreilles.

Choisir un bon baladeur
Quinze minutes suffisent pour mettre en danger ses oreilles si le volume du lecteur de musiques est au maximum (100 dB). En règle générale, l’intensité sonore maximale délivrée par un baladeur avec des écouteurs fournis s’élève à 102 dB, mais elle peut atteindre 114 dB lorsque les casques d’écoute utilisés ont été achetés séparément de l’appareil.
Quelques conseils :
- Maintenir son écoute sonore à un niveau agréable et sécuritaire. Si une personne située à un mètre de vous est obligé de crier pour vous parler, baissez le volume.
- Régler l’appareil et notamment les basses.
- Limiter le temps d’écoute et réaliser régulièrement des pauses.

Etre attentif aux niveaux sonores
Pour éviter tout trouble auditif, il est conseillé d’utiliser des bouchons d’oreilles dès lors que le bruit s’intensifie. Il en existe trois types :
- les bouchons en mousse : les moins chers (0,30€). Simples d’utilisation (il suffit de les rouler entre les doigts et de les placer ensuite dans les oreilles), ils ont un défaut de taille puisqu’ils restituent un son sourd et étouffé.
- les bouchons filtrés standards : grâce au filtre qu’ils possèdent, ils permettent de restituer une bonne qualité d’écoute tout en protégeant l’utilisateur. Ils sont lavables à l’eau et coûtent en moyenne 20 euros.
- les bouchons filtrés sur mesure : en silicone et moulés pour les oreilles de l’utilisateur, ils sont réalisés par les audioprothésistes ce qui explique leur prix de 150 euros en moyenne. Leur plus : la restitution du spectre sonore, ce qui permet une véritable qualité du son. Ils sont conseillés pour les musiciens, techniciens et ceux qui se rendent très régulièrement à des concerts ou en discothèque.
Voici quelques indications sur les différents niveaux sonores :
10 à 30 dB : un appartement calme
35 à 40 dB : bureau tranquille dans un quartier calme
50 dB : restaurant tranquille
65 à 70 dB : conversation difficile à suivre, trafic normal sur la route
70 à 75 dB : restaurant bruyant
90 dB : circulation avec poids-lourds
100 dB : trafic routier intense, radio très forte
110 dB : un concert, le passage d’un train ou encore un marteau-piqueur
La dose de bruit tolérable par les oreilles dépend du niveau sonore et d’une durée. Pour exemple, les expositions à risque : 20 heures à 90 dB, 2h à 100dB et 45 minutes à 105 dB.

La semaine du son se déroule en région parisienne du mardi 12 au samedi 16 janvier. En province, les manifestations auront lieu du lundi 18 au dimanche 24 janvier.

Plus de 200 conférences-débats, ateliers, évènements sonores, concerts, projections, actions pédagogiques sont organisés dans 40 villes de France. Tout le programme sur le site de la manifestation.