Comment bien gérer sa ménopause ?

  • A
  • A
Partagez sur :

La ménopause est un cap parfois pénible pour une femme. Le docteur Gérald Kierzek explique comment la vivre plus facilement.

Parfois pénible, la ménopause n'en reste pas moins "une étape naturelle de la vie d'une femme". C'est ce qu'explique le docteur Gérald Kierzek sur Europe 1 jeudi. Elle intervient autour de l'âge de 50 ans et il y a souvent "une période de périménopause, cinq ou six ans avant". "La définition médicale de la ménopause se fait après une période d'un an sans règles", précise le docteur avant d'ajouter : "La diminution des hormones féminines et en particulier de l'estradiol, signe cette ménopause."

Des effets indésirables. Si la ménopause est tant redoutée par les femmes, c'est parce qu'elle peut avoir des effets indésirables sur le corps. "Ça commence avec des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, qui vont concerner 80% des patientes. Le sommeil est perturbé, il y a des troubles de l'humeur, de l'anxiété. C'est ce phénomène hormonal qui va déclencher ces symptômes", raconte Gérald Kierzek. La ménopause peut également engendrer une prise de poids. Mais, "c'est variable d'une femme à l'autre", confie le médecin en précisant qu'il y a "un capital génétique qui fait que l'on est plus ou moins embêtée par ces symptômes".

Comment l'anticiper ? Pas de panique toutefois, "on peut anticiper la ménopause dès la quarantaine avec des aliments qui vont préparer et être bons pour les os". Il faut alors privilégier les aliments riches en calcium et en vitamine D. Par ailleurs, l'activité physique peut diminuer les symptômes, tout comme l'arrêt du tabac qui est jugé "fondamental" par le docteur Kierzek. Mais quand les symptômes apparaissent, notamment les bouffées de chaleur, "il va falloir s'hydrater et éviter tout ce qui favorise ces bouffées de chaleur comme le café, les excitants, le thé..."

Et comme souvent, si la ménopause perturbe vraiment votre quotidien, n'hésitez pas à consulter votre médecin. "Il existe un traitement hormonal substitutif de la ménopause", conclut le docteur Gérald Kierzek.