Cinq choses à savoir sur la prolifération des moustiques

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Vingt-trois départements connaissent une prolifération inhabituelle de ces insectes. A quoi est-ce dû ? Comment s'en protéger ? Europe 1 fait le point.

Si vous vivez dans le centre, l'Est ou le Nord de la France, peut-être vous êtes-vous rendu ces derniers jours chez votre pharmacien à cause de démangeaisons. 23 départements ont en effet  été placés en vigilance orange par le site "vigilance moustiques", car ils connaissent une prolifération inhabituelle. Pas de panique : la plupart des insectes ne transmettent pas de virus dangereux, comme la Dengue ou le Chikungunya. Quelques précautions sont cependant à prendre, surtout si vous êtes allergique. Voici tout ce que vous devez savoir sur cet épisode de multiplication des moustiques.

L'Ouest et le Sud préservés

"Notre carte s'actualise tous les jours. Aujourd'hui, 23 départements ont constaté des prolifération inhabituelles", a expliqué Stéphane Robert, président de "vigilance moustiques", jeudi sur Europe 1. "Ils sont principalement situés du centre en remontant vers le Nord, et dans l'Est", poursuit-il. Les départements concernés sont  l’Ain, l’Aisne, l’Allier, les Ardennes, l’Aube, le Cher, la Côte d’Or, l’Indre, le Loir-et-Cher, le Loiret, la Marne, la Haute-Marne, la Meuse, la Nièvre, le Bas-Rhin, la Saône et Loire, la Seine et Marne et l’Yonne, ainsi que les 5 départements d'Ile de France (Paris, les Hauts de Seine, l'Essonne, le Val d’Oise et les Yvelines).

carte-moustiques-640

Les inondations, facteur de prolifération

A l'origine du phénomène, l'hiver doux, la hausse des températures… mais aussi les différents épisodes d'inondations qu'a connu l'hexagone avant l'été. "La proximité des fleuves, compte tenu des inondations puis des décrues, fait qu'on a pas mal de témoignages qui viennent, par exemple, de Paris, du 15e ou du 16e, puis des les Hauts-de-Seine, d'Issy-les-Moulineaux à Levallois-Perret. Et après, ça suit le cours de la Seine", détaille Stéphane Robert.  

Des moustiques plus agressifs

"Il y a à peu près 70 espèces différentes de moustiques en France", estime Stéphane Robert. L'une d'entre elles, très agressive, est de plus en plus apparente. "Ce n'est pas le petit moustique qui vous fait une piqûre habituelle, c'est un moustique plus agressif, avec des piqûres qui suscitent des réactions cutanées plus importantes, des piqûres plus douloureuses", explique le spécialiste. Les moustiques tigres, présents dans 51 départements et susceptibles de transmettre des virus plus graves, comme la Dengue ou le Chikungunya, sont plus rares.

Les responsables : l'odeur et le patrimoine génétique

Pourquoi certaines personnes sont-elles plus fréquemment piquées que d'autres ? "Ça n'est pas vraiment la peau, ce sont les odeurs qu'on dégage", assure Stéphane Robert. "Les moustiques ont un système olfactif assez puissant, assez efficace, ils sont attirés par des odeurs et en particulier par le CO2." Ainsi, une personne qui a fait du sport ou bu en excès attirera plus facilement les insectes. Autre facteur : le patrimoine génétique. Des expériences réalisées sur des jumeaux ont montré que les vrais jumeaux, au patrimoine identique, étaient piqués de la même manière, alors que l'un des faux jumeaux attirait plus les moustiques que l'autre.

La solution : produits spécifiques et vêtements amples

Pour se protéger, "mieux vaut porter des vêtements couvrants, à manches longues, et des pantalons", préconise Stéphane Robert. 40% des piqûres se font en effet à travers les vêtements, notamment lorsque ceux-ci sont très près du corps. A noter que les moustiques sont davantage attirés par les couleurs foncées. "Vous pouvez même imprégner les tissus de produits qui sont spécifiquement faits pour ne pas tâcher les vêtements et qui servent de barrière protectrice contre les insectes", ajoute le spécialiste. A condition de bien vérifier qu'ils contiennent des molécules qui ont prouvé leur efficacité.