Axel Kahn : "il faut fixer le prix juste" aux médicaments

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que la médecine progresse dans la lutte contre le cancer, les prix des médicaments sont en hausse constante. Pour le généticien Axel Kahn, il est urgent de "fixer un prix juste" aux médicaments.

La Ligue contre le cancer a dénoncé ce mercredi les prix "injustes" et "exorbitants" des médicaments innovants qui menacent, selon elle, le système de santé et créent des inégalités entre les malades. Invité de Thomas Sotto, le président du Comité éthique et cancer Axel Kahn a partagé ce constat sur Europe 1.

Du simple au triple. La médecine évolue et les prix aussi. "En 15 ans, le prix d'une cure aux États-Unis est passé 30.000 à 90.000 euros par an alors qu'il est totalement amorti", a donné comme exemple le généticien. "C'est un abus de position dominante", a commenté Axel Kahn. "Pour vendre une montre de luxe ou une Ferrari, ça se comprend. Mais quand vous avez un cancer, vous ne l'avez pas demandé, naturellement", a-t-il ajouté.

Quelles marges pour les labos ? Les laboratoires, qui financent en partie l'onéreuse recherche pour de nouveaux remèdes, ont besoin d'un "retour sur investissement". "Personne ne conteste le fait que les laboratoires doivent vivre, faire des marges. Mais après des années d'exploitation, la plupart des médicaments sont totalement amortis", estime le président du Comité éthique et cancer. "La santé est un marché dans les faits, mais selon les textes internationaux, c'est aussi un droit de l'homme", ajoute-t-il.

Transparence et prix juste. "Il faut absolument pour ce droit de l'homme essentiel d'accès au progrès médical qu'il y ait un mécanisme transparent qui fixe le juste prix", a demandé Axel Kahn, dénonçant une obscurité totale dans la définition des prix des médicaments. En France, une grande majorité est pris en charge par la sécurité sociale même le gouvernement souhaite réduire le déficit. "Mais si on se met à limiter les remboursements, il y aura une médecine anti-cancéreuse à deux vitesses", s'inquiète Axel Kahn.